Bilan PVT – 9 mois au Japon

Bilan PVT - 9 mois au Japon

Ouuuh ça fait longtemps qu’on a pas fait de bilan ! Je me suis rendu compte tout récemment que j’avais sauté le bilan des 8 mois au Japon. Cela fait donc 2 mois qu’on ne s’est pas parlé, j’espère que je vous ai manqué !

Un autre mois et demi sur la route

Nachi
Nachi

Si je n’ai pas pris le temps d’écrire beaucoup d’articles en 2 mois c’est avant tout car j’étais encore très occupé et très loin de mon PC (voire d’une connexion internet décente parfois). Comme prévu au bilan de mes 7 mois au Japon, j’avais une très forte envie de repartir à l’aventure sur les routes, à la découverte des merveilles du pays. Ce que j’ai fait.

Cela fait donc bien 1 mois et demi que je n’ai plus de toit, que je dors presque chaque soir dans un lieu différent et j’ai seulement retrouvé le confort de mon appartement tokyoïte hier soir. (Si on peut appeler confort le fait de vivre à 3 dans un 17m2). Je dois vous avouer que même si le voyage en solo est une aventure humaine extraordinaire, c’est aussi quelque chose de très fatigant. Je compte donc me reposer quelques jours à l’appartement avant de me rebouger les fesses !

Mais t’as fait quoi dis ?

Séoul
Séoul

Mais qu’ai-je donc bien pu faire durant ces presque 2 mois ? Je suis tout d’abord parti quelques jours en Corée du Sud avec une amie. J’ai trouvé la ville de Séoul très vivante, toute aussi gargantuesque que Tokyo et semblable sur plusieurs points. L’architecture, les temples et surtout la cuisine coréenne en font une destination royale ! Si vous voulez un orgasme là, tout de suite, maintenant, filez manger un barbecue coréen !

Après ce voyage en Corée bien sympathique, je suis rentré à Tokyo pour 2 petites semaines. Mais ces 2 semaines n’ont pas été de tout repos ! Entre l’écriture d’articles en vitesse, les retrouvailles avec les amis tokyoïtes et surtout la préparation du road-trip suivant, je n’ai eu que peu de temps pour véritablement me reposer. C’est à peine si j’ai eu le temps de vider mon sac de rando, qui était déjà prêt à repartir une semaine après mon retour des Alpes japonaises.

C’est donc sans attendre que je suis partit pour un mois à la découverte du Kansai, région historique du Japon ! Au programme : Nachi, Osaka, Kyoto, Shirahama, Nara, Kobe, Himeji, le mont Koya. Programme qui a beaucoup évolué durant mon séjour au fil des rencontres et de mon porte-monnaie pour au final s’avérer totalement différent de celui prévu. J’ai en effet abandonné Kobe et Himeji et ai passé davantage de temps dans le sud près de Kumano kodo ou encore dans de magnifiques petites villes comme Uji, véritable paradis sur Terre.

L’apogée du PVT

Les japonaises à USJ
Les japonaises à USJ

Que ce soit en termes de découvertes, de rencontres ou d’expériences uniques, je crois que j’ai atteint le mois dernier l’apogée de mon voyage au Japon. Au dessus, il n’y a que le soleil. Les mois de juin et juillet sont certainement ceux qui me laisseront les meilleurs souvenirs de cette année au Japon. Je ne compte plus les belles rencontres que j’ai faites au fil de mon périple. Faire un résumé de tout ce que j’ai vécu étant totalement impossible, je me suis décidé à énumérer en vrac quelques très bons moments afin que vous puissiez vous faire une idée de la diversité des expériences qu’offrent le PVT au Japon.

Passer une journée entre potes au parc Universal Studio Japon d’Osaka, entre découverte de Poudlard, attractions décoiffantes et dragouille de japonaises dans les files d’attentes. Travailler dans un ryokan typiquement japonais dans les montagnes reculées du Kansai entouré de grand-mères japonaises adorables qui te cuisinent tes plats préférés, et passer ses journées à se baigner dans la rivière sauvage de la vallée pleine de singes et de daims. Sentir l’odeur du thé vert absolument partout dans une même ville. Grimper dans un char du Gion Matsuri en plein festival. Grimper le Fushimi inari en pleine nuit dans une atmosphère magique. Observer la pêche au cormoran près de la forêt de bambous. Dormir dans un temple bouddhiste et assister à la cérémonie matinale. Suivre les routes de pèlerinage entre temples et montagnes. Profiter de la night-life d’Osaka…

Kyoto la magnifique !

Mademoiselle prend la pose au Fushimi Inari
Mademoiselle prend la pose au Fushimi Inari

S’il y a bien une ville où je souhaitais me rendre depuis très longtemps, c’est Kyoto, la fameuse capitale culturelle du Japon. Longtemps restée ville la plus importante du pays, Kyoto fait rêver par la richesse de ses temples historiques en majorité assez bien conservés ou restaurés. J’avais tellement d’attentes autour de cette ville que j’avais même peur d’en être déçu. Ce fut loin d’être le cas ! J’y suis même resté près de 10 jours.

Visiter Kyoto, c’est surtout visiter les alentours de la ville. Car en effet la plupart des sites touristiques sont situés aux 4 côtés de Kyoto. La meilleure façon de visiter la ville est donc à mon sens de passer une journée ou plus par côté. J’ai ainsi passé une journée à me balader entre le Ginkaku-ji, le chemin du philosophe ou encore les magnifiques jardins Zen des temples de l’Est de Kyoto. Le lendemain fut consacré à l’Ouest de la ville avec Arashiyama, célèbre pour sa forêt de bambous. Bambous mais pas que : temples, grand pont, montagne aux singes, pêche au cormoran… C’est ainsi que j’ai passé mes journées à Kyoto, avec la chance d’être présent lors du plus grand festival de l’année : le Gion matsuri ! Pendant 3 nuits, les rues de Kyoto s’illuminent de lanternes, de grands chars animés et de stands de nourriture ou de jeux. L’atmosphère est à la fête et les rues sont littéralement bondées ! Au matin du 4ème jour, un grand défilé des chars est organisé dans toute la ville. L’événement est spectaculaire de par le poids des chars tirés à mains nues par les japonais. J’en enfin eu la chance d’être accueilli plusieurs fois en couchsurfing dans cette ville et j’ai donc pu partager ces bons moments avec mes hôtes. C’est dans le quartier traditionnel de Gion, par un beau coucher de soleil, que j’ai quitté cette ville magnifique, véritable coup de cœur de l’année.

Suite, et fin ?

Pêche au cormoran à Arashiyama
Pêche au cormoran à Arashiyama

9 mois. 9mois sont passés et il ne me reste donc plus que 3 mois de Visa vacances-travail au pays du soleil levant. Si l’envie de continuer à vadrouiller à travers le pays est encore présente, mes économies elles ne le sont plus. Il m’était donc impératif de rentrer à Tokyo. La question se pose maintenant : que faire pendant le reste de mon PVT ? Si je souhaite aller jusqu’au bout du Visa, il m’est indispensable de travailler pour survivre économiquement. Oui mais voilà, je n’ai pas vraiment envie de retourner dans la restauration. Seulement les possibilités de jobs sont très limitées au vu de ma non-maîtrise du japonais. Je me pose donc beaucoup de questions sur la suite et la fin du Visa. Je pense aujourd’hui trouver un petit boulot dans la restauration de 3 ou 4 petits jours par semaine et donner quelques cours particuliers de français à côté, afin de pouvoir compléter mon maigre salaire. Je ne me pose cependant aucune obligation. Ainsi si je n’apprécie pas mon travail et que cela ne me permet pas de mener une vie appréciable à Tokyo pour ces derniers mois, je ne m’interdit pas de rentrer en France avant la fin de mon Visa.

A tous ces questionnements s’ajoutent mon envie de progresser en japonais, et la préparation de mon retour en France. Un sacré bordel en perspective ! C’est sur tous ces questionnements que je vous quitte après ce bilan du 9ème mois au Japon. Portez-vous bien, et venez visiter ce magnifique pays qu’est le Japon ! Au mois prochain ! (sans faute 😉 )

Anecdotes du mois :

  • J’ai encore une fois effectué une période de wwoofing cette fois-ci au fin fond de la montagne du Kansai. Pas un conbini à des kilomètres à la ronde. Train, bus et 2 heures de marche pour rejoindre l’hotel. Durant majournée Off, j’ai décidé de partir tôt pour aller profiter de la côte ouest et de la plage. Une fois cette belle journée passée, j’ai décidé de rentrer assez tôt pour ne pas avoir à marcher dans la montagne déserte de nuit. Bonne idée, mais mauvais chemin! Je me suis en effet trompé de route et ai marché pendant 2 heures dans la mauvaise direction. Si le chemin fut plaisant au début, cela le fut beaucoup moins dans la nuit noire, sans lampadaires, avec personne aux alentours excepté les ombres des singes sauvages de la montagne. Après quelques frayeurs et hallucinations, j’ai finit par trouver une maison avec de la lumière. Cette famille japonaise fut d’abord un peu effrayée par l’énergumène en sueur que j’étais et qui venait frapper chez eux, au fin fond du Japon. Elle fut néanmoins adorable et me raccompagna en voiture à mon hotel.
  • Lors de mon road-trip d’un mois, je me suis souvent senti un peu seul. L’une des solutions que j’ai trouvé pour me sentir moins seul ET faire profiter les gens de mon voyage, c’est Périscope. Périscope est une application mobile qui permet de faire des vidéos Live en direct du monde entier en face de dizaines d’utilisateurs. J’ai ainsi passé de très bons moments de visite en compagnie de certaines personnes très intéressantes. Je compte continuer à faire quelques périscopes lors de mes journées à Tokyo. Ainsi vous pouvez vous abonner à mon compte sur l’application : nihonkara_fr
  • Lorsque je voyage, j’ai une seule mais très grosse addiction: les glaces! J’ai ce mois-ci été au rythme d’à peu près 2 glaces par jour, ce qui représente beaucoup trop de mauvais sucre pour mon corps, mais heureusement beaucoup de bons moments pour mon esprit. Si mes préférées restent les glaces au Matcha en tout genre que l’on trouve dans les échoppes japonaises, je commence également à connaître par coeur l’ensemble du rayon glaces du 7-eleven. #IceCreamAddicted
  • Lors du début de mon road-trip avec mon amie japonaise, nous avons pris le temps de savourer une journée à la mer. Nous avons tellement savouré ce moment que nous avons failli louper notre dernier train. Nous avons alors couru pour l’avoir seulement voilà, tout ne fut pas aussi simple. Pour atteindre l’autre côté de la gare déserte il n’y avait qu’un seul passage: un petit tunnel souterrain. En chemin, que vimes-t-on au milieu du souterrain? Une ENORME araignée de la taille de ma main avancer tranquillement. Peureux comme nous sommes, il nous fut impossible d’avancer. Nous avons donc du escalader les clotures de la gare en vitesse pour ne pas louper notre train sans affronter tarentula. Sacré moment!
  • Pour vous messieurs qui êtes très intéréssés par les japonaises. Pensez aussi à la Corée! Je ne me suis jamais fait regardé autant qu’en Corée du Sud. Cela en devenait même impressionnant!
  • A force de voyager seul à travers le Japon, je commence à avoir beaucoup de photos de moi, tout seul, devant plusieurs lieux touristiques. J’ai tellement de photos de moi seul que cela en deviendrait humoristique et je songe à en faire un album.
  • Saviez-vous que les coréens avaient tous 1 an de plus que nous? En effet, lorsqu’un Coréen vient au monde, celui-ci a déjà 1 an, contrairement à nous qui en avons donc 0 jusqu’à… nos 1 ans! Les coréens gagnent également 1 an à chaque nouvelle année et non le jour de leur anniversaire!

Véritable passionné du Japon, je reviens d’une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n’hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

1 commentaire

Laisser un commentaire