Mon Izakaya avec Nunaya

nunaya-mon-izakaya

Bienvenue dans mon Izakaya. Chaque mois je reçois une personnalité Japon du Web pour boire un verre et parler Japon. Aujourd’hui, on trinque avec Nunaya!

Bonjour Nunaya, et bienvenue dans mon Izakaya. Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Merci à toi pour cette invitation. On se sent vraiment bien ici, je sens que je vais m’y plaire. Je suis une Youtubeuse et blogueuse passionnée par l’Asie où j’ai vécu durant plusieurs années.

En 2010, j’ai voulu partager mon expérience de PVT au Japon sur mon blog Jap’Oniz, puis en 2014 je me suis lancée sur Youtube avec ma chaîne Nunaya World pour parler de mon expérience de vie en Corée du Sud. Depuis, je suis rentrée en France pour reprendre mes études, mais je continue à transmettre mon expérience et à partager mes passions auprès de ma communauté.

nunaya-world-nihonkara

Dans mon Izakaya, il y a tout ce qu’il faut pour passer une bonne soirée. Tu commandes quoi ?

C’est toi qui offre ?

Dans ce cas, je commande un grand plateau de yakitori et de tempura, miam ! Pour la boisson, un thé vert brûlant m’ira très bien.

Est-ce que tu peux me raconter une anecdote sympa, drôle, loufoque ou carrément bizarre qui t’es arrivée au Japon ?

Le Japon est pour moi le pays de la folie et de la démesure. C’est pour ça que je l’aime tant et qu’il restera mon grand amour. J’ai vécu plusieurs petites anecdotes durant mes séjours là-bas, mais surtout, j’ai vécu de nombreuses « expériences » uniques. Il y en a une qui m’a marqué à jamais sur le plan émotionnel. Rien que d’y repenser, j’en frissonne encore. C’est un mélange d’excitation, d’amusement et d’angoisse à la fois. Je vais vous raconter ça.

J’avais invité ma sœur à venir passer une semaine à Tokyo pour son anniversaire. Elle avait découvert les billets d’avion la veille du départ. Imagine sa surprise ! Puisque c’était un cadeau si spécial, je m’étais dit qu’on profiterait de notre séjour à fond et que je lui en mettrais plein la vue. Je suis une grande fan des cafés et restaurants à thème et donc j’avais préparé ma petite liste : Alice Theme Restaurant, Capcom Bar, Gundam Café et… Alcatraz E.R. Ce bar, j’en avait souvent entendu parler et j’avais absolument envie de m’y rendre, malgré une petite appréhension… Il s’agit d’un bar thématisé sur une prison psychiatrique, tout un programme ! Et vous savez à quel point les japonais sont doués pour l’horreur…mon-izakaya-nunaya-alcatrazNous y sommes allées en pleine semaine en début de soirée. Pour accéder au bar, il faut prendre un ascenseur qui vous emmène au sous-sol. Les portes s’ouvrent et vous vous retrouvez dans une salle vide, glauque, très sombre et avec des murs super crades. Vous avez aussi accès aux toilettes… qui sont tout aussi glauques. Pour entrer dans le bar, il y a un boitier situé derrière des grilles avec une pancarte  « To enter press your blood type». On vous demande de choisir votre groupe sanguin en appuyant sur le bouton correspondant. Après avoir passé vingt bonnes minutes à tourner en rond, l’une de nous se décide à appuyer.

Un homme au long cheveux, look d’artiste, vient nous chercher. On s’aventure dans ce décor absolument incroyable digne d’un Silent Hill. Quelle ambiance ! Les tables sont en fait des rangées de cellules dans lesquelles ont nous « enferme ». Je remarque qu’il y a un autre groupe pas loin, mais ils ne restent pas longtemps. On se retrouve très vite seules dans la « prison-bar ». Mais jusque-là, tout va bien. On commande (des trucs très bizarres forcément) et on se fait servir par une infirmière sexy qui nous nourrit à la seringue. Un mec du staff qui joue les fous, nous balance sans cesse une tête de poupée décapitée qui vient cogner contre les barreaux de notre cellule toutes les 5 minutes. Glauque et surtout un peu lourd à la longue. On commence à s’ennuyer un peu et on pense à partir…

Quand tout d’un coup, les lumières s’éteignent ! (N’oubliez pas que nous sommes en sous-sol, donc qu’il fait un noir totalement opaque). Plus un bruit. On se demande si c’est normal ou pas. Puis une voix enregistrée se met à dire des choses en japonais sur un ton menaçant et les lumières se mettent à clignoter en mode « Emergency ». On comprend que ça fait partie du show, mais on n’est quand même pas rassurées ! La voix devient étrangement robotique, puis se tait. On se retrouve à nouveau dans le noir complet. Une porte grince, puis les lumières se remettent à clignoter avec un son de chaise électrique. Je filme la scène depuis le début avec mon appareil collé sur ma poitrine, retenant ma respiration avec ma sœur qui commence à se sentir mal. Soudain, un homme avec une cagoule rayée apparaît devant notre cellule et tente de rentrer. On hurle ! Il repart… On pense que c’est fini, mais il réapparait par surprise derrière ma sœur « bouh ! » qui est littéralement choquée et traumatisée ! (et je n’en mène pas large non plus).

Les lumières se rallument, la musique reprend. Ouf ! On était au bord du malaise. Mais quelle expérience incroyable ! Il a fallu que ma sœur reprenne ses esprits, elle avait drôlement été secouée !

Nous avons fait des photos avec le staff avant de partir. Sans rancune !

C’est, à ce jour, l’expérience la plus folle que j’ai vécue au Japon. Pour ceux qui aiment ce genre d’endroits, je recommande aussi le LOCK UP bar, même genre, avec une arrivée… plutôt flippante.

Tu as vécu quelques temps au Japon, et plusieurs années en Corée du Sud. Quelles grandes différences as-tu remarqué entre ces 2 pays ?

Mon rapport aux deux pays est très différent et, à vrai dire, je ne connais pas bien les japonais car je n’ai vécu au Japon que 6 mois. Mais je peux tout de même parler de deux aspects :

La premier, c’est le relationnel.

Il est clairement plus facile de se faire des amis en Corée qu’au Japon. Les coréens sont beaucoup moins réservés que les japonais et beaucoup savent parler anglais, ce qui favorise les échanges. Les coréens sont plus occidentalisés et cela facilite les relations interculturelles.

La seconde chose c’est le degré de « folie ».

La Corée a beau être un pays très avancé technologiquement et très créatif, je n’ai pas du tout retrouvé cette folie et cet esprit « no limit » que j’aime tant au Japon. La Corée est un pays qui peine à m’inspirer au niveau artistique, les coréens sont plus subtils, moins décalés que les japonais. Ce que j’apprécie parfois, mais qui, du coup, me fait moins vibrer. J’aime l’excès que l’on retrouve au Japon !

Je trouve aussi que les japonais affirment plus leur personnalité par leur look (surtout les jeunes), alors que les coréens ont tendance à suivre une seule et même tendance. Sans parler de cet engouement pour la « perfection » qui n’existe pas au Japon. Je n’ai pas ressenti l’effet « clone » au Japon.

Tu as ton petit endroit préféré au Japon ?

Ne me demande pas pourquoi, mais j’adore le GUNDAM CAFE ! C’est finalement un café assez simple, mais pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur (je crois que c’est depuis que j’ai appuyé sur le gros bouton rouge dans les toilettes – je vous laisserai découvrir par vous-même).

Sinon, je passe forcément une ou deux journées à Akihabara pour faire la tournée des gashapon. Et vraiment, je les fais TOUS ! Je remonte la rue, puis je la redescends, puis je remonte encore pour être sûre de n’avoir rien loupé ! C’est ma petite lubie quand je vais là-bas.

nunaya-akihabara

C’est déjà la fin de cette pause Izakaya, merci d’avoir accepté l’invitation. A quoi on trinque ?

Oh non, c’est passé trop vite…

Trinquons à mes très nombreux projets en cours ! La plupart ont un rapport avec l’Asie et j’espère pouvoir les partager avec ma communauté d’ici la fin de l’année !

Kanpai et à bientôt pour un prochain izakaya!

Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

1 commentaire

Laisser un commentaire