Trouver un travail au Japon sans parler japonais

Travailler au Japon sans parler japonais

A moins d’être venu sur place avec des dizaines de milliers d’euro dans l’optique de passer son temps à faire du tourisme, il est un moment où tout PVTiste se doit de chercher un travail, un petit boulot, ou « Arubaito » comme on dit en japonais.

En effet, cela serait trop bête de se retrouver complètement fauché au bout de 3 mois et de devoir rentrer chez soi bredouille, ou brocouille comme on dit dans le Bouchonnois. C’est dans ce cas de figure que je suis moi-même devenu demandeur d’emploi au Japon.

Seulement au Japon on parle japonais. Ce qui n’est pas mon cas, ni le cas de plusieurs PVTistes que j’ai pu rencontrer, ni peut-être votre cas. C’est là que ça se corse un peu. Mais tâchons de rester positif et de voir ça comme un défi plutôt que comme un calvaire. A cœur vaillant, rien d’impossible !

Au fil de mes propres recherches d’emploi, j’ai pu catégoriser plusieurs types de petits boulots accessibles aux étrangers qui ne parlent pas le japonais.

Les jobs liés à votre image

Vous ne parlez pas le japonais ? Heureusement il vous reste votre physique. De nombreuses entreprises sont en effet à la recherche de profils spécifiques d’étrangers, et en vous y prenant correctement, vous pouvez espérer gagner quelques Yen (parfois beaucoup) grâce à votre physique. Ainsi, si je peux vous donner un conseil, c’est de faire de jolies photos de vous en costume avant de venir au Japon. Cela vous sera très utile pour vos candidatures.

  • Devenir model

devenir model au japon
Et c’est parti pour un shooting !

Le plus lucratif de ces jobs est très certainement celui de model/mannequin. En effet, si en France ce métier relève du rêve, vous pouvez facilement vous inscrire dans des agences de mannequin au Japon. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de prendre rendez-vous par téléphone, et de vous rendre ensuite en agence. La procédure d’inscription est la même pour toutes les agences. Vous remplissez un formulaire avec vos coordonnées, vos caractéristiques physiques, vos talents particuliers et quelques autres questions. On vous demandera par exemple si vous acceptez de faire des shootings en sous-vêtement ou entièrement nus. Si vous avez toujours voulu vous lancer dans le porno japonais, vous pouvez parfois également cocher « oui ». A vos risques et périls grands coquins !

Après avoir pris vos mensurations et rempli ce questionnaire, suivra la partie la plus sympa de l’entretien : le shooting photo ! A vous de jouer la star devant l’objectif.

Voici quelques agences de model auxquelles vous pouvez vous inscrire à Tokyo :

Une fois inscris, il vous suffit d’attendre que ces agences vous contactent pour un shooting photo, une publicité, un tournage etc. En plus d’empocher parfois de belles sommes d’argent, vous pourrez vous la péter auprès de vos amis parce que vous êtes mannequin.

  • Devenir Butler

A Tokyo, il existe beaucoup de cafés atypiques. Parmi les plus connus, il y a les maid cafés. Dans ces cafés, les clients sont servis par de jolies japonaises en soubrette qui chantent et exécutent diverses autres fantaisies toutes mignonnes pour le plaisir du consommateur. Les butler cafés sont en quelque sorte leur équivalent masculin. Ici, les clientes sont appelées « princesse » et les serveurs sont des domestiques qui sont aux petits soins pour elles. Et qu’est-ce qui plait aux clientes japonaises ? Les occidentaux ! En d’autres termes vous. Le japonais n’est pas obligatoire pour postuler dans ce genre de café où il est demandé à la clientèle de parler anglais. Vous pouvez donc postuler pour ce genre de travail en envoyant un mail avec votre plus belle photo. On vous recevra pour un très bref entretien, et vous serez rapidement tenu au courant de votre embauche ou pas. N’hésitez pas à essayer. En espérant que vous ayez plus de chance que moi. Mon égo en a pris un coup.

  • Devenir père-noël dans les supermarchés

Si vous êtes grand, dodu, ou avez un look adéquat, vous pouvez profiter de cette chance pour devenir père-noël dans les supermarchés japonais pendant la période des fêtes. Les sites d’emplois japonais regorgent de ce genre d’annonces et il est très souvent suffisant de ne maîtriser que l’anglais. A vous les centaines de photos avec des enfants japonais !

  • Devenir blogueur voyage

C’est, à mon avis, la solution la plus sympa à long terme! Ne rêvez pas pouvoir en vivre à moins de devenir une superstar du Web, mais si vous vous débrouillez bien, vous pouvez espérer quelques revenus sympa après des mois acharnés de travail stratégique. Si vous n’y connaissez rien et que l’aventure vous tente, je vous conseille de vous procurer ce bon bouquin qui vous guidera pas-à-pas.

Les jobs élémentaires

Ces jobs-là sont les incontournables. Ce ne sont pas forcément ceux que l’on préfèrerait réaliser en tant que PVTiste au Japon, mais quand rien d’autre ne fonctionne, ils seront toujours là en coup de pouce.

  • Faire la plonge dans un restaurant

faire la vaisselle
Sortez les éponges!

Vous n’avez pas besoin de parler japonais ni de sortir de Saint-Cyr pour exécuter ce genre de job. En rafraichissant régulièrement les offres d’emplois sur internet, vous tomberez rapidement sur des propositions pour devenir « dish washer » ! Yeah ! Attendez-vous à avoir les doigts tous fripés et à  gagner entre 900 et 1000 yen de l’heure, soit le salaire moyen de la plupart des petits boulots. Pour la petite anecdote, le pôle-emploi japonais m’avait pourtant affirmé qu’il faut généralement parler japonais pour faire la vaisselle dans les restaurants. Mais où va le monde.

  • Faire des ménages

Pour les accros à la propreté ou les personnes qui n’aiment pas spécialement le contact humain, rien de mieux que de faire des ménages. Les offres de « housekeeper » ne manquent pas, et encore une fois, nul besoin de parler le japonais! Certaines start-up sont même en train de se monter et vous proposent de nettoyer des appartements Airbnb pour environ 1200 yen de l’heure avec un emploi du temps totalement flexible.

Les jobs de langue

Nombreux sont les PVTistes qui viennent au Japon en se disant qu’ « au pire, ils donneront des cours de français. » Je sais parfaitement de quoi je parle vu que c’était mon cas. Pourtant, je suis tombé d’assez haut. Si vous n’avez pas de diplôme d’enseignement, d’expérience en tant que professeur, que vos êtes un garçon et que vous vous focalisez sur le français, vous partez assez mal.

  • Devenir professeur/tuteur de langue particulier dans les cafés

Lorsqu’on souhaite devenir professeur particulier à Tokyo, on constate rapidement que l’anglais est de très loin l’enseignement le plus demandé. En effet, les cours particuliers coûtent chers, et les étudiants préfèrent donc se focaliser majoritairement sur l’anglais, langue internationale des affaires, plutôt que sur le français, langue plus élitiste réservée à certains privilégiés ou passionnés.

Mais si vous êtes super motivés et sérieux, il est tout à fait possible de devenir prof de français au Japon. Je consacre ici un article entier au sujet : Devenir professeur de français au Japon. De rien 😉

  • Devenir Chat host

Parmi les plus connus des jobs de PVTistes japonais, on trouve celui de chat host. Ce travail est plutôt attirant puisqu’il consiste tout simplement à parler anglais ou français ou n’importe quelle langue que vous maitrisez avec des japonais. Vous êtes alors embauché par un bar qui organise des tables de conversations plusieurs fois par semaine auxquelles les japonais doivent payer pour participer. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela fonctionne plutôt bien. Ne vous attendez cependant pas à faire du 35 heures et donc à gagner correctement votre vie rien qu’avec le métier de chat host. Néanmoins cela peut constituer un bon revenu complémentaire. Les 2 cafés de conversation les plus connus de Tokyo sont certainement :

La restauration et les bars

Au Japon, les étrangers sont appréciés par les bars et les clubs pour l’ambiance qu’ils peuvent y mettre. Les français ont également le vent en poupe dans le domaine de la restauration. Je ne compte même plus le nombre de restaurants et salons de thé français (ou d’imitation française) à Tokyo.

  • Devenir serveur

travailler dans un bar au japonQue ce soit pour un restaurant ou pour un bar, la porte vous sera très souvent fermée si vous ne parlez pas le japonais. Mais ! Car il y a un mais. Rien n’est impossible ! Si vous êtes véritablement motivé, imprimez votre CV, apprenez 2-3 phrases de japonais, et allez frapper à la porte des restaurants français ! Avec un peu de chance vous pourrez tomber sur un patron qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait un oncle à vous, ou sur un patron qui vient de la même ville que vous. Si vous devenez copains comme cochons, ce patron pourra vous donner votre chance dans son bar ou son restaurant, voire même faire circuler votre CV chez tous ses potes restaurateurs en manque de bras. Notez cependant qu’en tant que PVTiste, il vous est interdit de travailler dans un bar ou dans le milieu de la nuit, sauf si ce bar est enregistré en tant que « café ». Si vous êtes une fille plutôt mignonne, le quartier de Roppongi sera votre paradis et recrute des serveuses à tour de bras ! Attendez-vous cependant à travailler de nuit.

  • Devenir commis de cuisine

Couper des légumes, faire la vaisselle, préparer des sauces, tant de belles tâches vous attendent vous qui ne savez pas parler japonais ! Là encore, fouillez bien les annonces sur internet ou allez frapper aux portes des restaurants, vous finirez bien par trouver.

LE BON PLAN de secours pour se faire un peu d’argent à Tokyo en s’amusant

Voici ici, LE bon plan selon moi pour se faire un petit peu d’argent à Tokyo tout s’amusant :

Où chercher du travail ?

Parce que c’est bien sympa toutes ces idées, mais encore faut-il savoir où aller les chercher.

  • Sur internet :

Il s’agit de la solution de facilité en apparence, mais cela devient très vite lassant et on finit par se dire qu’on n’est pas venu un PVT pour passer son temps sur Internet. Voici quelques sites qui apportent quelques résultats intéressants :

  • Sur place :

Si vous êtes d’une nature avenante, alors n’hésitez pas à directement aller frapper aux portes des entreprises, restaurants, bars qui vous intéressent. Vous serez fixés très rapidement et cela vous permettra de vous faire un réseau plus facilement.

  • Hellowork :

Sous ce joli nom se cache en réalité le Pôle-emploi japonais. Vous pouvez prendre rendez-vous pour avoir un conseiller qui parlera anglais et ainsi vous créer un profil de demandeur d’emploi au Japon. Contre toute attente, Hellowork n’est pas à négliger. Le résultat est souvent quitte ou double. J’ai rencontré des personnes qui n’ont reçu aucune aide et d’autres qui ont trouvé un emploi grâce à Hellowork. Je fais personnellement partie de cette seconde catégorie de personnes. (Je me suis pourtant fait réprimander sur place car je ne parlais pas japonais).

  • Vos rencontres :

Je ne compte plus les propositions et les bons plans dont d’autres PVTistes ou des amis japonais m’ont parlé. Sortez de votre chambre, faîtes des rencontres, participez à des soirées et vous multiplierez par 10 vos chances de trouver un petit boulot au Japon.

En conclusion

Si chercher un petit boulot peut paraître assez difficile et flippant lors de votre arrivée à Tokyo (surtout lorsque vous voyez votre compte en banque partir en vrille), cela n’a rien d’insurmontable en soi. Après avoir été frapper à plusieurs portes et avoir passé plusieurs après-midi sur Craiglist, vous finirez toujours par trouver un petit boulot pour survivre et profiter de la vie tokyoïte ! Je n’ai pour l’instant rencontré aucun PVTiste n’ayant pas trouvé de petit boulot après avoir véritablement cherché, et il m’a fallu à titre personnel 2 semaines pour trouver le miens.

Gambatte !

Véritable passionné du Japon, je reviens d’une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n’hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

11 Comments

  1. Très bon articles avec des idées d’arubaito au Japon, une petite parenthèse sur les emploi de mannequin et restaurant français ou professeur de langue.
    Il est beaucoup plus facile d’être embauché si on est de peau blanche. Dans mon cas comme je suis un français d’origine polynésienne et asiatique ça n’a pas vraiment marché…

    1. Bonjour Fred!
      Merci de ta précision, c’est vrai que je n’y avais pas pensé du tout mais connaissant le Japon cela ne m’étonne pas vraiment.

  2. merci alex pour cet article
    Cela fait 2 mois que je suis au japon et je ne parle pas du tous japonnais mais j ai reussi a trouver un cdd de 3 ans dans la fonction publique.J ai 2 avantages le visa de mariage et je suis cuisinier .Je participe a un programme pour relancer le dynamisme dans les endroits isolees du japon.Si tu souhaite plus info pour faire un sujet la dessus contacte moi>

    1. Bonjour Stéphane, et merci pour ton commentaire.
      C’est super ça, ça donne de l’espoir pour les personnes qui souhaiteraient s’expatrier. Je serais très intéressé d’en savoir plus sur le sujet effectivement. A bientôt!

  3. Bonjour, super article mais concernant les agences photo et même pour tous les autres boulots d\’ailleurs, est-il possible de trouver ça à kyôto aussi ? Car c\’est la ville qui m\’intéresse pour mon PVT. Merci

    1. Salut Yann, et merci pour ton commentaire!
      Je connais moins bien Kyoto en matière de boulots, mais j’ai connu des gens qui y ont travaillé en PVT. Tu peux trouver pleins de petits boulots comme serveur ou prof particulier sans grand problème. Pour les agences agences photo je ne sais pas te le dire en revanche. Je pense qu’il y en a, mais forcément moins qu’à Tokyo. Tu peux aussi travailler à Osaka et faire le trajet Kyoto-Osaka tous les jours. C’est vraiment pas loin 😉

      En tout cas profite de Kyoto, c’est une ville superbe!

  4. Hey pour chercher du boulot ok , mais quid des entretien et démarche ? tu fais un cv en anglais ?

    pas de lettre de motivation ?

    tu doit être en interview suit ? ( costard quoi ) ou bien osef pour un gaijin ?

    ensuite tu as déjà ou tu peux mentir sur ton cv ? intérêt utile ?

    1. Salut Maxx!
      Dans la plupart des jobs que j’expose ici, il s’agit de petits boulots, donc tu n’as pas forcément besoin d’un CV en japonais. Un CV en anglais suffit souvent, voire même pas du tout de CV… Les entretiens aussi sont un peu fait à la va-vite parfois. Le turno-over de ces jobs est grand et les patrons ne perdent pas trop de temps à ce niveau là. Pas de lettre de motivation ni de costume-cravate. Habille toi seulement de manière un peu classe. Chemise blazer et jean feront l’affaire.

      Enfin pour ce genre de petits boulots, aucun besoin de mentir sur ton CV. 😉

  5. Articles très intéressant. Je pense que tout ces jobs sont très bien pour ce faire de l\’argent de poche.
    Malheureusement, la plupart ne donneront pas droit à un visa de travail. Et sans visa de travail, il est très difficile de rester plus de quelques mois au Japon…
    Donc à mon avis (personnel), ce genre de petits boulots ne concernent que les personnes étant déjà installé au Japon, ou bien avec un visa vacances-travail, qui ne concerne que les personnes de moins de 30 ans.

    1. Salut William!
      Exact, tu as tout compris! J’avais particulièrement fait cet article pour les personnes qui débarquent en PVT au Japon sans parler la langue 😉

Laisser un commentaire