Bienvenue à Kamakura, à environ une heure de Tokyo. Offrez-vous une escapade dans une ville où les temples vous emmènent voyager au cœur du Japon de 1200, aux côtés du premier Shogun.

Kamakura, un peu d’Histoire

 

En 1180, Minamoto-no-Yoritomo (源頼朝) installe son gouvernement à Kamakura (鎌倉). En, 1192 l’empereur lui accorde le titre de Sei-i-Taishogun (征夷大将軍) suite à sa victoire face au clan Taira. Le pouvoir glisse alors en partie de l’empereur au chef militaire, annonçant le début du Shogunat. L’empereur garde une influence sur l’Ouest du pays, mais le pouvoir militaire ainsi que l’Est du pays sont sans conteste aux mains du premier shogun Yorimoto. Une partie très importante de l’Histoire du Japon s’est donc jouée à Kamakura.

Hélas, ce dernier Shogun, après s’être débarrassé de ses deux frères pour affirmer sa prise de pouvoir, décède d’une chute de cheval. Ses fils sont alors encore trop jeunes pour pouvoir prendre sa place, et c’est le père de son épouse Hojo Tokimasa (北条 時政) qui devient régent. La famille Hojo s’efforcera alors d’affirmer son propre pouvoir en affaiblissant les partisans de Yoritomo. Bien que le fils aîné de Minamoto accède au statut de Shogun, les ficelles du pouvoir sont dans les mains du clan Hojo. C’est lors de cette période que de nombreux temples sont érigés à Kamakura. De nos jours, l’emblème du clan Hojo peut être retrouvé un peu partout sur les bâtiments de la ville, emblème plus connu pour nous occidentaux comme étant celui de la triforce dans « Zelda ».

Que faire à Kamakura ?

Le Grand Bouddha de Kamakura 高徳院と鎌倉の大仏

Aussi appelé Kamakura Daibutsu (鎌倉の大仏), il siège au temple Kotoku-In (高徳院). La statue fut d’abord sculptée dans le bois avant d’être fondue en bronze vers 1252. Le Grand Bouddha était alors abrité par un pavillon, mais celui-ci fut répétitivement détruit par les typhons et tremblements de terre. A la fin du XVème siècle, la statue est alors renforcée pour être laissée à l’air libre. Haute de plus de 11m cette statue représente Amitabha Bouddha, ou Amida, reconnaissable aux deux cercles dessinés par les mains de la statue. 
Moins connue que l’imposante statue, la toute autant démesurée paire de sandale warazori (わらぞうり) mérite tout de même une visite. La première paire de sandale fut tressée et offerte en 1951 par un groupe d’enfants qui espérait que Bouddha les utiliserait pour sillonner le Japon et aider le peuple souffrant de l’après-guerre. De nos jours encore de nouvelles sandales sont tressées tous les trois ans.

Prix d’entrée : 300¥, compter encore 20¥ pour entrer à l’intérieur du Grand Bouddha

Le temple Hase-dera 長谷寺

Le temple porte le même nom que le temple Hase-dera de Nara (長谷寺‐奈良市), les deux lieux partagent d’ailleurs une histoire commune. L’on dit que les deux statues de Kannon vénérées dans ces deux temples ont été sculptées à partir du même camphrier sacré à Hatsue, préfecture de Nara. La première statue fut gardée et installée dans son temple alors que la deuxième fut jetée à la mer avec le souhait qu’elle puisse ailleurs sauver d’autres personnes. 15 ans plus tard la statue réapparue sur la plage de Kamakura et le temple Hase-dera de Kamakura (長谷寺‐鎌倉市) fut érigé pour l’accueillir. L’espace sacré du temple est vaste, et abrite en plus de la statue de Kannon de nombreuses statues Jizo, et une variété importante de fleurs qui fleurissent toute au long de l’année. Il serait dommage de limiter sa seule visite au pavillon principale surtout que depuis les Jardins du temple il est possible de profiter d’une des plus belles vues sur la ville et depuis le Pavillon Sho-In (書院) contempler le Jardin Karesansui (枯山水庭園), jardin japonais de pierre.

Prix d’entrée : 400¥

Les temples zen du Nord de Kamakura : Kencho-ji et Engaku-ji 建長寺 と 円覚寺

Le temple Kencho-ji (建長寺) n’est pas seulement le plus important temple zen de Kamakura, c’est aussi l’un des tout premiers temples zen du Japon. Il a été construit en 1255 pour servir à l’entraînement des moines zen du Japon. Le domaine, situé sur les hauteurs de Kamakura, est extrêmement vaste incluant des temples de tailles variées et des jardins.

Prix d’entrée : 500¥ (attention tripode et monopode interdit dans l’enceinte)

Le temple Engaku-ji (円覚寺) a été bâti à la suite de la seconde tentative d’invasion mongole en 1282 afin de prier pour les âmes des soldats disparus qu’ils soient japonais ou mongoles, sans distinction.  Ce temple est aussi un des hauts lieux de culte de l’école Rinzai, et qui de nos jours encore forme les moines au pavillon Shozoku-In (正続院). Ce temple est particulièrement prisé en automne lorsque les érables se parent d’un vibrant vermillon.

Prix d’entrée : 300¥ (attention tripode et monopode à utiliser avec précaution)

Le sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gu, cœur spirituel du premier Shogunat 鶴岡八幡宮

Le plus important sanctuaire shintoïste de Kamakura. Il est dédié au dieu Hachiman (八幡), dieu de la guerre et des samouraïs, et a été fondé par le clan Minamoto. Ce sanctuaire devint le point central de la nouvelle capitale ainsi que son cœur spirituel. Il gardera une importance particulière pour les shoguns qui suivront, comme par exemple les Tokugawa.

L’accès au temple se fait directement par la mer via une grande allée passant sous trois toriis, le Wakamiya-dori. A l’entrée du temple se trouve deux étangs, l’un à droite avec trois îlots dont un abritant un temple représente le clan Minamoto, et l’autre à gauche avec quatre îlots représente le clan Taira. Il est à noter que le mot « trois 三 » en japonais sonne comme « naissance 産 », alors que le mot « quatre 四 » comme la « mort 死 ». En continuant, vous passerez le bassin Temizuya (手水舎) sur votre droite, ainsi que les Sakadaru (酒樽), les balots de saké offerts au sanctuaire, pour arriver au Shimohaiden (下拝殿). En haut des escaliers se dresse fièrement la porte Rômon (楼門) dont le but est d’empêcher les mauvais esprits d’atteindre le pavillon principal, Hongu (本宮).  La plaque noir qui porte le nom du temple « Hachimangu – 八幡宮 » a été calligraphiée par le prince Ryoujo, et si le « Hachi – 八 » est écrit avec deux colombes, c’est que l’animal est le messager du dieu Hachiman.

Près de l’étang des Minamoto se trouve aussi un jardin de pivoine qui attire de nombreux visiteurs lors de la floraison, mais toujours moins que lors des festivals du sanctuaire : Reitaisai (鶴岡八幡宮例大祭) les 14,15 et 16 septembre, et les festivals de Kamakura en avril.

Le temple Hokoku-ji et sa forêt de bambous 報国寺と竹の森

 

View this post on Instagram

 

A post shared by MIZUKI (@lm_mizuki) on

Construit plus tard, à l’époque Muromachi, ce temple zen a été bâti en l’honneur du grand-père du premier shogun Ashikaga en 1334. Ce qui fait la popularité de ce temple est sa forêt de Moso bambous (孟宗竹) qui s’étend derrière le pavillon principal, ainsi que le jardin de pierre. De nombreux poèmes ont été écrit ici, et il est facile de comprendre pourquoi en s’offrant le luxe d’un matcha dans la maison de thé. La plénitude et la sérénité que l’on gagne à savourer la boisson assis au milieu des bambous invite à la méditation et au voyage.

Prix d’entrée : 300¥ (attention tripode et monopode à utiliser avec précaution)

Prix du matcha : 600¥ (dernière commande à 15:30)

Komachi-dori, la rue commerçante de Kamakura 小町通

Située à l’Est de la gare de Kamakura, la petite rue commerçante longue de quelques centaines de mètres vous emmènera jusqu’au sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gu, ou inversement. Avec près de 250 magasins, la petite rue commerçante de Kamakura est certaine de pouvoir satisfaire votre curiosité et vos papilles entre shirasu-don, Hato sablé, sucreries à la patate douce, warabi-mochi enrobés de kinako, il y en a pour tous les goûts !

  • Shirasu (シラス), est le nom japonais pour les alevins, de touts petits poissons presque translucides. Ce un plat typique de Kamakura se décline en plusieurs version : frais, fris, cuit ; il y en a pour tout les goûts. La haute saison est au printemps mais il est possible toute l’année d’en goûter à Kamakura. Vous trouverez de nombreux restaurants proposant des shirasu-don (しらす丼) lors de votre déambulation dans la rue.
  • Hato Sablé (鳩サブレ), ce biscuit sablé est sans conteste le souvenir à ramener à ses collègue d’un voyage à Kamakura. Le design en colombe du biscuit en référence à Tsurugaoka Hachiman-gu et le goût simple du sablé ont fait popularité. L’entreprise étant basé à Kamakura il est possible d’acheter sur place des paquets au design particuliers et de goûter à d’autres de leur sucrerie japonaise au café.
  • Sembei, bonbons japonais traditionnels, glaces aux parfums traditionnels : vanille, matcha, mix, mais aussi patate douce, patate douce-matcha ; warabi-mochi saupoudré de kinako, etc.

Ne sous-estimez pas cette petite rue ou vous risquez de passer plus de temps que vous ne l’imaginiez. Souvent bondée, il vous sera toujours possible de fuir la foule en prenant une petite rue pour rejoindre la grande allée Wakamiya-dori,

Pourquoi ne pas aller faire un tour à Enoshima 江ノ島 ?

Et si vous avez la chance de prévoir deux journées à Kamakura profitez-en pour aller visiter Enoshima. La petite île à l’Ouest de Kamakura se rejoint grâce à l’Enoden, dont le voyage le long de la côte offre de jolis paysages. Vous y trouverez des jardins, des temples et une tour d’observation, l’Enoshima Sea Candle, ainsi que la grotte Iwaya. Sans oublier, pour les amateurs de mangas, que « Slam Dunk » se passe à Enoshima ; vous trouverez donc un passage à niveau toujours très occupé.

Kamakura est une ville dense en culture qui saura ravir les amoureux de temples et d’art religieux. Entourée par des montagnes et la mer, qui lui offre une fortification naturelle, Kamakura a survécu au fil des ans. Malheureusement, le grand séisme du Kanto eut un gros impact sur les architectures, mais de fabuleuse rénovation ont été entreprises et le charme préservé. Si vous pouvez prendre le temps de déambuler dans les rues vous y ferez sans doute de belles découvertes.  

Sachez qu’il existe aussi des chemins qui relient les temples entre eux et offrent de belles balades. Cependant, lors du récent typhon de 2019, les sentiers ont été endommagés et sont actuellement en cours de réparation. Aussi, il est sage de se renseigner avant de partir en balade.

Comment aller à Kamakura ?

Kamakura peut être grossièrement divisée en trois parties : le nord, le centre et l’ouest. Le nord, desservi par la station Kita-Kamakura abrite les temples zen Engakuji et Kenchoji. Le centre, sortie Est de la gare Kamakura, donne accès à la rue marchande Komachi-dori, au temple Tsurugaoka Hachimangu, et plus éloigné à l’Est au temple Hokokuji. Enfin à l’Ouest, que l’on atteint en prenant l’Enoden et en descendant à la gare Hase, se trouvent le Grand Bouddha et le temple Hasedera.

L’ancienne capitale se trouve au Sud de Yokohama. Depuis Tokyo il vous faudra compter entre 1 heure et 1 heure et demie pour rejoindre la gare de Kamakura. Avec ou sans JR Pass le train sera la meilleure option.

  • Ikebukuro, Shinjuku, Shibuya
    L’Ouest de Tokyo est relié à Kamakura par la ligne JR Shonan Shinjuku Line. Les trains à destination de Zushi ou Kurihama vous conduiront jusqu’à la gare Kamakura, sinon il vous faudra faire un transfert à Ofuna ou Totsuka. (prix : 940¥ / temps : 55~75 minutes)
  • Ueno, gare de Tokyo et Shinagawa
    L’Est de Tokyo est relié à Kamakura par la ligne JR Yokosuka Line. Les trains à destination de Zushi vous conduiront jusqu’à la gare Kamakura, sinon il vous faudra faire un transfert à Ofuna ou Totsuka.  (prix : 940¥ / temps : 55~75 minutes)

Bonne balade à Kamakura, petite ville aux anciens temples.


Svetlana Zehnder

Installée au Japon depuis 2016, j'espère vous donner l'envie de découvrir ce magnifique pays au travers de mes écrits.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *