Quand on pense à la ville de Kobe, on a souvent en tête l’image d’une grande ville portuaire du Japon affectée par une terrible séisme en 1995. Si c’est effectivement le cas, Kobe ne se résume heureusement pas à cette image terne. C’est en revanche une cité pleine de couleurs, marquée par le multiculturalisme et l’intérêt vers l’étranger. Partons vite à la découverte de Kobe, cette merveille insoupçonnée.

Un peu d’histoire

Kobe est une ville qui se différencie véritablement des autres grandes métropoles du Japon contemporain. Ici on se sent sans-doute moins au Japon qu’ailleurs et l’on est davantage citoyen du monde. En effet, outre quelques quartiers d’un style japonais moderne, on côtoie à Kobe des dizaines de bâtiments d’influences européennes, portugaises ou même américaines. L’identité de la ville s’est d’ailleurs fondée sur ce joli melting-pot où les gens cohabitent entre eux en harmonie et où l’on s’intéresse aux autres cultures. Alors que le Japon fut dans une très grand partie de son histoire plutôt renfermé sur lui-même, la ville de Kobe fut un port d’attache pour les navigateurs étrangers. C’est notamment ici que s’établit au 19ème siècle le grand navigateur portugais Wenceslau de Moraes. Lui et ses équipages eurent une grande influence sur la ville et cela se ressent encore aujourd’hui. Ajoutez à cela du commerce avec la Chine et d’autres pays aux alentours et vous obtenez un joli cocktail multiculturel qui s’appelle Kobe.

Flâner dans le quartier de Sannomiya

Sannomiya, c’est un peu le quartier qui bouge de la ville de Kobe. Il y a de fortes chances que ce soit également votre point de chute si vous venez visiter la ville car c’est une gare centrale. Une ? Que dis-je ! C’est un complexe de plusieurs gares comme les japonais savent très bien les faire ! Mais si vous savez, ces grandes gares qui se lient entre elles par de grands centres commerciaux sur plusieurs étages de manière à ce que l’on se perde hyper facilement à l’intérieur et qu’on se retrouve à se ruiner en shopping. C’est exactement ce qu’il risque de vous arriver à Sannomiya. Mais pas d’inquiétude puisque les boutiques et échoppes qu’on y trouve sont parfois très sympa. Au programme :  de grandes allées couvertes bondées, mais aussi de longues rues étroites pleines de boutiques un peu underground. On se croirait un instant à Camden street. Craquez donc pour un bombers à la japonaise.

Une fois la nuit tombée, le quartier prend un tout autre aspect et Sannomiya devient LE lieu où les jeunes sortent. Au détour de certaines rues illuminées vous tomberez au choix sur des bars à ambiance ou sur des clubs plus ou moins louches. Il est bon de noter que Kobe est la ville japonaise où l’on recense le plus de Yakuza. Sans pour autant se sentir en danger, on ressent une véritable atmosphère atypique la nuit à Sannomiya. Et dans un Japon parfois trop aseptisé, cela fait vraiment du bien. Perdez vous dans les ruelles du quartier et arpentez les bars, vous ne le regretterez certainement pas.

Le port de Kobe

Qu’il est grand le port de Kobe ! Et oui, Kobe city est l’une des plus grandes villes portuaires du Japon, et ce depuis très longtemps. En s’y promenant d’un bout à l’autre on se croirait tant dans la ville du Havre qu’à Deauville. Le tout à la sauce japonaise bien sûr. En effet, d’un côté du port il est possible de voir de très grands paquebots et des chantiers d’envergure près de grands ponts d’autoroutes. On aime ou on aime moins, mais le tout reste très industriel. Si cela demeure intéressant à observer, ce n’est pas dans cette partie du port que vous souhaiterez passer votre après-midi.

Mais rassurez-vous, puisque l’autre partie du port de Kobe est bien différente et a visiblement été aménagée pour accueillir les touristes et les badauds du dimanche. Et quel bonheur ! Non seulement vous y trouverez une très grande place en front de mer à peine aménagée avec des jeux d’eau pour les enfants où il fait bon se balader en famille, mais également un gigantesque complexe commercial de plusieurs galeries marchandes : Kobe Harborland. Il faut admettre une chose, c’est que cet espace est vraiment réussi. Il combine à la fois quelques bâtiments emblématiques comme la célèbre tour rouge du port de Kobe, un embarcadère pour découvrir la ville en bateau et de belles galeries commerciales comme le Umie ou le Mosaic. Celles-ci ont un design très appréciable et on y trouve différents types de restaurants, de magasins et même un énorme complexe AnpanMan entièrement dédié aux enfants. Pour les plus sceptiques, il y a aussi une grande roue ! Une fois la nuit tombée, il est très agréable de dîner sur le ponton et de profiter de la vue sur le port illuminé. Kobe, contrairement à ce qu’on en pense souvent, est une très belle ville !

Manger des chinoiseries au quartier chinois de Kobe

Situé non loin du port, le quartier chinois de Kobe fait beaucoup parler de lui. S’il est loin d’être aussi grand que celui de Yokohama avec ses 2 grandes rues, il a au moins le mérite d’exister et d’offrir un peu d’exotisme en plein Japon. Avec son aspect un peu plus bordélique et ses couleurs vives, la culture chinoise prend véritablement vie dans ce quartier et ce sont des dizaines d’odeurs et de saveurs qui nous font vite saliver. Car oui on ne va pas se mentir, outre l’ambiance, c’est avant tout pour la nourriture qu’on se rend au quartier chinois de Kobe !

Raviolis vapeur en forme de panda, bouchées au porc ou encore riz imbibé, tout y va pour notre plus grand plaisir ! Ma préférence va personnellement aux petites boulettes croustillantes entourées de sésame et qui contiennent du haricot rouge. Un vrai régal ! (Je regrette néanmoins qu’il n’y ait pas de sésame noir à l’intérieur comme c’est souvent le cas en Chine.) La nourriture se mange souvent à même la rue mais il est également possible de trouver quelques restaurants délicieux et à bas prix. Un air d’empire du milieu à Kobe.

Goûter le fameux bœuf de Kobe

Ahhh vous l’attendiez celui-ci hein ? Bande de gourmands ! Le bœuf de Kobe, c’est un peu THE attraction principale à laquelle on pense directement lorsqu’on séjourne dans la ville. Et vous avez raison d’y penser car une belle pièce de bœuf bien préparée, c’est absolument délicieux ! Mais prenez garde où vous décidez d’aller en consommer. En effet, en vous baladant dans les 4 recoins de la ville, vous apercevrez autour de vous des annonces plus aguichantes les unes que les autres qui vous proposeront des spécialités au bœuf de Kobe à toutes les sauces. Il est même possible de manger des sushis au bœuf de Kobe ou des burgers à moins de 1000 yen. Si ces mets ne sont certainement pas mauvais, ils ne sont en revanche pas représentatifs de ce qu’est la véritable viande dite “de Kobe”.

En effet, chaque année ce sont seulement 10 000 purs Wagyu (la bête japonaise nourrie à la paille de riz et massée) qui sont tués et destinés à la consommation. Dans ces 10 000 têtes, seules quelques parties de l’animal sont considérées comme étant de la pure et tendre viande de Kobe. Vous imaginez alors bien qu’il est impossible pour tous les établissements du Japon et même de la ville d’en proposer tous les jours au menu. Non, le vrai bœuf de Kobe se trouve généralement dans quelques établissements et restaurants à des prix élevés et en petite quantité. Mais bon, à essayer au moins une fois !

Kitano, le quartier européen

Non seulement Kobe met la Chine à l’honneur, mais ce n’est pas la seule ! Ce sont toutes les influences occidentales et surtout européennes qui sont présentées dans le quartier de Kitano plus au nord de la ville. Qu’on s’y sent bien aux abords de ce quartier ! Comme une impression de se retrouver d’un coup à la maison. Conçu en pente assez raide, Kitano propose dans un cadre charmant des cafés et des boutiques de style européen tout au long d’une allée avec vue sur le port.

Mais c’est véritablement au sommet du petit arrondissement que le lieu devient vraiment charmant. Petit-à-petit, on se retrouve uniquement entouré de belles maisonnettes françaises, allemandes ou encore américaines. Il y a même une église qui n’a rien de japonais et qui, grâce à la verdure et à la hauteur nous ferait presque croire que l’on se trouve en Suisse. Moyennant quelques Yen, il est possible de visiter ces maisons qui furent en réalité les demeures d’expatriés importants du dernier siècle dans la ville de Kobe. N’oubliez pas non-plus de grimper au sanctuaire qui se situe tout en haut du petit village, pour une vue d’ensemble sur Kobe et son port.

Une escapade autour du jardin aux herbes

S’il y a bien un lieu immanquable à mon sens et qu’il faut absolument visiter lorsque l’on se rend à Kobe, c’est le Herb garden, le jardin floral de la ville qui se situe dans les hauteurs de Kobe. Pour y accéder, rendez-vous à la station Shin-Kobe pour prendre le télésiège. Lors des week-ends ensoleillés, l’attente peut être un peu longue mais cela vaut véritablement le coup. Une fois dans le Ropeway, on s’envole pour 10 minutes de montée haut, très haut dans Kobe. La vue est magnifique et l’on s’éloigne pour le coup véritablement du centre-ville. Une fois tout en haut, vous aurez l’impression d’arriver dans une station de montagne Suisse ou Allemande grâce aux bâtiments qui y ont été installés. Ceux-ci, ainsi que les terrasses luxueuses avec vue sur la montagne et les boutiques d’herbes et autres thés rendent le lieu très agréable. La vue est elle à couper le souffle de jour comme de nuit. Prenez le temps de la balade et redescendez ensuite tranquillement la montagne par le fameux jardin aux herbes. Celui-ci est très grand et vous propose de découvrir plusieurs variétés de plants et de fleurs à chaque saison. Un lieu idéal pour aller se balader en famille.

Peu de gens descendent ensuite jusqu’au centre de Kobe à pied par la montagne car ils préfèrent emprunter le Ropeway. Grave erreur puisque le chemin de la descente est vraiment superbe et ne prend qu’une petite heure de marche à pied. Après quelques minutes de route sans grand intérêt l’on tombe sur de petits chemins de forêt qui donnent sur une magnifique cascade d’eau. On a du mal alors à se croire en plein Kobe et pourtant…

Le musée du séisme de 1995

Vous n’êtes sans-doute pas sans savoir que le Japon est une terre sismique. Chaque jour et un peu partout dans l’archipel ont lieu de multiples séismes dont on ne ressent souvent pas les effets. Pourtant, certains d’entre eux peuvent être dévastateurs comme nous ont montré les catastrophes récentes de Fukushima ainsi que le séisme de Kobe de l’année 1995. C’est celui-ci qui nous intéresse aujourd’hui, et force est de constater qu’il a fortement marqué les esprits des habitants de Kobe et plus largement des japonais. D’une magnitude de 6,9, le tremblement de terre a littéralement tout ravagé sur son passage. La quasi intégralité de la ville de Kobe et d’autres coins aux alentours furent détruits à 80%. On a recensé à l’époque plus de 6000 morts et près de 50 000 blessés, ce qui en fait une très grande catastrophe.

Aujourd’hui intégralement reconstruite, la ville de Kobe a néanmoins souhaité garder une trace de son passé et s’est donc attelée à la construction d’un musée dédié au séisme dans l’Est de la ville. D’un look résolument moderne, ce lieu se veut à la fois intéressant et divertissant. Pour 600 yen (4 euros), vous aurez accès à un tour complet du bâtiment. Et cela commence en grandes pompes avec une reconstitution grandeur nature du séisme. Pendant 10 minutes, vous assistez dans une salle sombre armée d’écrans 3D, de grosses basses et de flashlights à un remake du 12 janvier 1995. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça remue ! Je conseille vivement aux personnes épileptiques de s’abstenir. La suite du musée propose ensuite des témoignages écrits ou vidéo, des explications sur la survie des familles et sur la reconstruction… Une visite intéressante d’une petite heure.

Séjourner à Arima Onsen

Considérée comme faisant partie intégrante de la ville de Kobe, et pourtant un peu en dehors du centre-ville, le petit hameau de Arima Onsen est une véritable petite pépite qu’il ne faut absolument pas louper lorsqu’on visite Kobe. Vous pouvez y accéder très facilement en train ou en bus depuis les stations de Sannomiya ou Kobe. En plus d’être une station thermale de renom dans tout le Japon et un lieu vraiment sympathique, Arima Onsen est une ville pleine d’Histoire où l’on retrouve ici et là des anecdotes qui nous relient aux plus grands noms japonais et à l’histoire du Japon depuis plus de 1300 ans. Non seulement le lieu fut mentionné dans le Nihon Shoki, l’un des 2 grands livres de l’Histoire japonaise mais la source thermale fut également un lieu bien connu et fréquenté par Toyotomi Hideyoshi, l’un des 3 grands unificateurs de Japon. On en retrouve les traces dans la ville à travers quelques temples.

La journée, il est possible de se promener dans les petites ruelles et de profiter des spécialités locales que sont le Sembei, l’artisanat du bambou ou encore l’une des meilleures boissons qu’il m’ait été donné de goûter : le Arima Teppo’s cider water. Imaginez une limonade en moins sucrée mais avec une pression énorme qui vous retourne l’estomac ! Pour l’anecdote, celle-ci fut créée à partir de l’une des sources thermales de Arima Onsen si pétillante que l’on pensait autrefois qu’elle était du poison. Les habitants sont fiers de cette boisson qu’ils disent avoir obtenu avant l’arrivée du Coca-Cola au Japon.

Comme dans d’autres villes Onsen au Japon, il est possible de se baigner dans différents bains autour de la ville. 2 sources principales : la Gin no yu et la Kin no yu. Les 2 eaux sont très agréables et comprennent des propriétés bonnes pour le corps. Alors hop hop on file au bain pour se relaxer ! Et dans un bon Ryokan comme le Tocen Goshoboh, c’est encore mieux !

Le festival de Kobe

Une fois par an, la ville accueille son plus grand festival : le Kobe Matsuri aux alentours du 22 mai. A l’image de la ville, il s’agit d’un événement haut en couleurs et multiculturel. La célébration principale est une grande parade qui dure de 4 à 5 heure selon les années ! Les habitants et touristes de passage se positionnent partout autour des grands axes près de Sannomiya et attendent le défilé qui débute vers midi. Au programme de la parade : groupes de Samba brésilienne, groupes de flûtistes japonais traditionnels mais aussi gros chars Disney, la compagnie d’électricité de la ville et j’en passe. Un défilé, vous l’aurez compris, qui met absolument tout le monde en avant sans grande ligne directrice mais avec beaucoup de joie et de bonne humeur ! Un spectacle sympa à découvrir quelques heures si vous passez par là mais loin d’être incontournable.

Où dormir à Kobe ?

Vous vous en doutez, pour visiter tous ces lieux d’intérêt et découvrir pleinement Kobe, vous aurez bien besoin de 2 jours et il est donc préférable que vous séjourniez une nuit à Kobe. A Kobe ? Non ! A Arima Onsen ! Quoi de mieux en effet que mêler l’utile à l’agréable et de passer une nuit exceptionnelle dans un Ryokan ou encore de profiter de superbes bains chauds sous l’éclairage de la lune !

Entre les nombreux établissements de renom qui se situent à Arima Onsen, vous avez l’embarras du choix :

Le Tocen Goshoboh
Adresse : 〒651-1401 Hyōgo Prefecture, 神戸市北区有馬町858
Site Web

C’est dans cet établissement de grande qualité que mon amie et moi avons décidé de séjourner lors de notre week-end à Kobe et Arima Onsen et ce fut sans-doute le meilleur des choix ! Nous fumes très bien accueillis par Lamyaa, manager de l’hôtel et parlant aussi bien le japonais et l’anglais que le français ou l’arabe. C’est sans-doute au Goshoboh que j’ai reçu le meilleur service de toutes mes expériences au Japon. Il s’agit du Ryokan le plus emblématique d’Arima Onsen et on comprend vite pourquoi. Le bâtiment possède un charme fou grâce à sa construction typique et à son atmosphère traditionnelle. En plus d’une chambre armée de futons très confortables, vous pourrez goûter au Goshoboh à une véritable expérience à la japonaise.

Le Ryokan possède plusieurs bains privés ainsi qu’un Onsen extérieur dont l’eau provient directement de l’une des sources d’Arima Onsen. Celui-ci est à température idéale et permet de véritablement apprécier les bienfaits du bain thermal à la japonaise. Mais le clou du spectacle au Goshoboh, c’est le dîner. Celui-ci est servi en chambre dans une grande classe et un service irréprochable et il est absolument délicieux. Au menu : Bœuf de Tajima (Appellation spécifique de grande qualité du bœuf de Kobe) mais pas seulement ! De nombreux légumes, sashimis et plats plus délicieux les uns que les autres. Le tout aromatisé au Sancho, l’herbe de la région. Nous nous sommes littéralement régalés, ainsi qu’au petit-déjeuner ! Le Tocen Goshoboh est sans-doute la meilleure option pour passer une grande nuit à Kobe.

Le Hanakoyado
Adresse : 〒651-1401 Hyōgo-ken, Kōbe-shi, Kita-ku, Arimachō, 1007
Site Web

Situé à seulement quelques pas du Goshoboh, l’hôtel Hanakoyado propose une expérience différente mais toute aussi alléchante que son voisin. Les chambres et le bâtiment tout entier ont ici un style plus élaboré, entre le japonais et le portugais. Il conviendra parfaitement aux couples qui souhaitent passer des instants de repos ou aux personnes qui préfèrent les petits cocons aux grands établissements. En plus de son atmosphère idyllique, le Hanakoyado dispose d’un restaurant de très grande qualité qui propose des menus de saison réalisés devant vous par des experts de la cuisine d’Arima Onsen. Que diriez-vous d’une pièce de bœuf de Tajima parfaitement grillée ou d’une anguille Unagi délicieuse ? C’est ici que ça se passe !

Et si vous partiez découvrir Kobe ? 😉


Alex

Salut, moi c'est Alex de Nihonkara. Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

2 commentaires

JEAN LOUIS SAINT REQUIER · 31 mai 2018 à 15 h 54 min

Kobe chose peu connue abrite le seul cimetière militaire français du japon cimetière de shuhogahara

    Alex · 10 juin 2018 à 16 h 33 min

    Bonjour Jean-Louis.

    Merci pour cette inof, je ne manquerai pas d’y faire un tour la prochaine fois ! 😉

Laisser un commentaire