Depuis maintenant près de 70 ans, la Corée est divisée en 2 parties bien distinctes par une grande frontière extrêmement surveillée. A seulement 60km de Séoul, la visite de la zone démilitarisée (DMZ) est un moment saisissant et incontournable lors un voyage en Corée.

248 kilomètres de tension

C’est en effet sur près de 250km de long et 4km de large que s’étend la zone de non-lieu entre la Corée du Sud et la Corée du Nord : la DMZ. Il s’agit d’un lieu extrêmement sécurisé, gardé par des centaines de soldats et militaires des 2 côtés de la frontière. Pourtant, il s’agit également d’un lieu très touristique, où de nombreux coréens et touristes viennent ressentir la force de l’histoire et des conflits. On estime que plus de 100 000 personnes visitent chaque année la zone démilitarisée.

On pense également qu’il reste dans le périmètre plus d’un million de mines encore actives. Un pas de travers et cela peut rapidement dégénérer. Pourtant, sous la surveillance des gardes, chacun peu ici fouler du pied un peu de Corée du Nord à partir de la ligne de démarcation. Avant de découvrir cet endroit sous haute tension, faisons un petit retour en arrière afin de comprendre la raison d’être de la DMZ.

La guerre de Corée

Pour comprendre comment la Corée a pu en arriver à une telle situation aujourd’hui, il faut remonter au début du siècle dernier. En effet, ce sont en grande partie les actes d’autres grandes nations qui ont créé cette tension et aboutit à la construction de cette DMZ au 38ème parallèle.

En 1905, le Japon prend le contrôle du royaume de Corée et instaure le pays sous protectorat japonais. C’est alors le début d’une quarantaine d’années d’occupation sous domination nippone, pas toujours très tendre. La domination se veut cruelle, avec les travers sombres de l’Histoire (femmes de réconfort, unité 731…) mais aussi culturelle puisque même l’usage de la langue coréenne est un temps déclarée interdite. Les japonais demeurent maîtres de la péninsule coréenne jusqu’en août 1945, fin de la seconde guerre mondiale.

Après une défaite totale du Japon, la Corée est libérée de son emprise par la coalition soviétique et américaine. Les russes sont chargés du désarmement de l’occupant depuis le nord et les américains depuis le sud jusqu’au point de rencontre du 38ème parallèle. On pourrait croire là à une future renaissance pour la Corée, pourtant les problèmes ne s’arrêtent pas là. Et pour cause, voila bientôt la guerre froide qui guette.

Pendant plusieurs années, rien ne bouge véritablement. Les américains occupent la partie Sud de la Corée et l’URSS la partie Nord. Dans un contexte tendu entre les 2 grands axes, les négociations à l’ONU visant à rétablir une seule et même Corée échouent lamentablement. Un vote est alors entamé par les américains pour rétablir une république, mais celui-ci est fortement contesté par la partie Nord de la Corée. En l’espace de quelques jours alors, les 2 Corées s’autoproclament respectivement République de Corée au Sud et République populaire démocratique de Corée au Nord. C’est le début d’un monde à 2 vitesses encore présent aujourd’hui.

Puisque aucune des 2 parties ne reconnaît la république de l’autre, la guerre de Corée finit par éclater le 25 juin 1950 avec l’invasion des forces du Nord sur Séoul. En plus grand nombre (200 000 soldats) et mieux armées, celles-ci prennent l’avantage et repoussent les forces du Sud jusqu’à Busan. S’en suivent ensuite des ripostes alternées avec à chaque fois une forte avancée sur le territoire jusqu’à une stabilisation de la situation en 1951. C’est le 27 juillet 1953 qu’un pacte de non-agression est signé : l’armistice de Panmunjeom. On décide alors l’instauration de la fameuse DMZ.

En tout et pour tout, la guerre de Corée aura fait près de 4 ou 5 millions de morts. Les plus touchés furent les civils coréens, majoritairement bombardés par l’US Air Force ou le camp adverse. S’ajoutent aux victimes civiles les soldats des 2 camps ainsi que des pertes chinoises, américaines et soviétiques. Au final, cette guerre aura été pour beaucoup une guerre pour rien puisque la situation demeure toujours tendue et se cristallise autour du 38ème parallèle.

Que voir dans la zone démilitarisée (DMZ) ?

La JSA (Joint Security Area)

La JSA est sans doute l’endroit le plus intéressant à visiter aux kilomètres alentours. Il s’agit du camp de base créé par l’ONU après-guerre pour mener les discussions et relations diplomatiques entre les 2 Corées. Lorsque vous voyez les choses bouger à la télévision (Comme Trump se rendre en Corée du Nord par exemple), c’est ici que cela se passe.

Il s’agit du lieu le plus tendu de tout le secteur. Ici, malgré des jours d’affluence, le calme règne véritablement. Seuls sont visibles les célèbres bâtiments bleus des nations unies, un bâtiment nord-coréen blanc et imposant et les soldats des 2 côtés de la ligne de démarcation. Il vous sera forcé de suivre certaines règles pour que tout se déroule pour le mieux. Ainsi, interdiction de faire des signes aux soldats nord coréens au loin, de franchir trop vite une ligne, ou encore de prendre des photos vers la Corée du Sud. A l’intérieur des baraquements de l’ONU, il est possible de se retrouver soit au Sud soit au Nord selon l’endroit de la pièce où l’on se tient debout. Beaucoup de gens s’amusent à s’immortaliser en photo devant les soldats sud-coréens impassibles.

Bon à savoir : pour visiter la JSA, vous devez impérativement passer par les services d’une agence touristique qui prendra tout en charge (autorisations, transport etc.) Les ressortissants coréens ne sont pas admis à la JSA.

Le parc Imjingak, le Memorial Altar et le pont de la liberté

Il s’agit d’un grand parc qui possède des dizaines de statues impressionnantes représentatives de la guerre de Corée. Des soldats plus vrais que nature rappellent les combats menés par leur armée. Plusieurs autres monuments d’intérêt sont disposés non-loin comme le pont de la liberté, un mémorial de la Corée du Nord ou encore des dizaines de véhicules militaires comme des tanks ou des avions. Une ambiance très forte dans cette ancienne ville de Panmunjeom.

Dorasan (parc, observatoire de Dora…)

Si vous décidez de visiter la DMZ en train depuis la ville de Séoul, il est fort probable que vous arriviez à la Dorasan station. Une fois débarqué, il vous faudra suivre par groupe les chemins balisés, tout en vous faisant contrôler régulièrement à chaque étape jusqu’à recevoir le pass qui vous permettra d’accéder à la zone. Vous serez ensuite répartis dans des bus par le personnel administratif pour rejoindre le cœur de la DMZ. Lors de ce trajet, vous descendrez certainement fouler de quelques pas le parc de Dorasan. Pour votre information, vous êtes déjà là presque au sein de la zone entre les 2 Corées. Ce parc a été créé dans l’initiative future d’accueillir la réunification entre les 2 parties. On y trouve d’ailleurs des drapeaux de la Corée originelle qui appellent à la Paix.

Plus loin se trouve l’intérêt principal de votre visite : l’observatoire de Dora. Depuis ce point de vue, il vous est possible d’apercevoir un peu de la Corée du Nord grâce à des jumelles. Vous pourrez admirer quelques petits villages dont celui qu’on surnomme le village de la propagande. Peut-être avec de la chance, croiserez-vous depuis cette tour Kim-Jong-Un à la terrasse d’un Starbucks de Pyongyang ! La visite est bien rodée puisque après le tour de l’observatoire, direction d’autres lieux d’intérêt comme un petit musée de la guerre ou encore une boutique de souvenirs de la DMZ.

Les tunnels d’infiltration

Durant les 70 ans qui séparent la construction de ce grand mur à aujourd’hui, plusieurs tunnels d’infiltration ont été retrouvés. Ceux-ci furent creusés par la Corée du Nord en vue d’une  potentielle attaque et invasion du Sud. Il est possible aujourd’hui de visiter un tunnel et de sentir ainsi au plus près du conflit. Avec 73m de profondeur et une longueur de plus d’un kilomètre, le tunnel découvert dans les années 70 aurait pu permettre au Nord de rejoindre la ville de Séoul en à peine 1 heure. Si certains trouvent la visite sans grand intérêt, il est néanmoins intéressant de descendre dans un tunnel pour se faire une idée du scénario. Allez-y, vous vous ferez votre propre avis.

Le camp Bonifas

Il se peut que lors de votre circuit vous fassiez étape au camp Bonifas. Il s’agit d’un camp de base et d’entrainement militaire des nations unies. Outre un observatoire sympathique sur la République démocratique de Corée, on retrouve ici le parcours de Golf le plus dangereux au monde. Non, vous ne rêvez pas. Un terrain de golf a bien été installé ici, et l’on dit que chaque balle de travers risque de déclencher une mine. Avis aux amateurs !

Comment visiter la DMZ depuis Séoul ?

Pour vous rendre à la DMZ depuis Séoul, vous avez 2 solutions : y aller par vous-même en train ou passer par une agence touristique qui prendra en charge la totalité de votre visite. Dans le premier cas, vous n’aurez cependant pas accès à la partie la plus intéressante de la DMZ, c’est-à-dire la JSA. Il vous faudra environ 1h30 pour vous rendre dans la Zone démilitarisée depuis Séoul en train. Au cours du trajet, vous verrez de moins en moins d’habitations et vous vous enfoncerez progressivement dans la campagne déserte jusqu’à la gare finale de Dorasan.

Pour profiter au maximum de ce que ce lieu sous haute tension a à offrir, notre avis est de faire appel à un tour opérator ou une agence pour votre visite de la frontière. Il est possible de réserver une demi-journée ou une journée entière selon que vous souhaitiez visiter seulement la frontière ou également la Joint Security Area (JSA). Cela vous en coûtera globalement aux alentours de 100€ pour une journée, soit environ 130 000 Wons. L’avantage de faire appel à un centre agréé est de bénéficier d’un guide qui parle anglais. Certaines agences comme Koreandmztour proposent même un guide nord-coréen qui s’est depuis échappé du pays. Ce guide sera plus à-même que quiconque de vous présenter la situation du pays. Attention, ces forfaits ne comprennent pas l’aller-retour à votre hôtel.

Pour le bon déroulement de votre visite, il vous sera demandé tout un tas d’informations sur votre identité, ainsi qu’un ordre de tenue vestimentaire préférable. On ne rentre pas comme ça dans la JSA. Même si vous allez par vous-même à la DMZ, il vous faudra remplir un formulaire et vous fournir d’un Passeport pour pouvoir entrer. Bon voyage en Corée du Nord ! En espérant un jour une réunification entre Séoul et Pyongyang.

Catégories : La Corée

Alex

Salut, moi c'est Alex de Nihonkara. Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *