Visiter Nagoya | La ville japonaise boudée des touristes

Quatrième plus grande métropole du Japon, grand pôle industriel et économique, Nagoya peine pourtant à séduire les touristes. N’y a-t-il vraiment rien à faire à Nagoya ?

Que faire à Nagoya ?

Nagoya est idéalement placée entre Kyoto et Tokyo, facilement accessible par les airs, par le train et même par la mer. Historiquement, c’est aussi une place forte qui a su tirer son épingle du jeu et fut le berceau de trois incroyables figures de la guerre de Sekigahara : ODA Nobunaga, TOYOTOMI Hideyoshi et TOKUGAWA Ieyasu. La ville reste une étape de pèlerinage pour tous les amoureux de la grande période de guerre de Sekigahara et de folklore japonais.

Le château de Nagoya 名古屋城

Un des emblèmes de Nagoya qui a été tout récemment rénové. Construit sous les directives du shogun Tokugawa Ieyasu en 1615, il  été détruit en grande partie lors des guerres puis reconstruit et classé trésor national. L’une des plus grandes particularités de ce château est qu’il est encore accompagné par son palace qui lui aussi a été finement remis en état. Plus d’infos sur le site Web de la ville de Nagoya.

Le parc de Tokugawa et son centre d’art 徳川公園と徳川美術館

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sugi._.photo (@s.h_0522)


Le clan Tokugawa a aussi investi dans un immense parc japonais qui se visite tout au long de l’année et est construit autour d’un étang typique de l’architecture de l’époque Edo. Le centre d’art qui lui est rattaché abrite plusieurs trésors nationaux hérités tout droit du shogun Tokugawa Ieyasu dont un parchemin illustrant « Le dit du Genji », des pièces de la dote de la princesse Chiyo-hime, fille aînée de Tokugawa Iemistu, des sabres et lames qui n’ont jamais été ré-aiguisées pour témoigner de la technique de l’époque. Informations et horaires sur le site officiel du parc Tokugawa.

Atsuta-jingu 熱田神宮

Ce sanctuaire veille sur l’épée de Kusanagi-no-Tsurugi, l’un des trésors impériaux depuis la disparition de son légendaire possesseur Yamato Takeru-no-Mikoto, vers 113. Evidemment la version actuelle du temple est plus récente. En 1893, de lourds travaux de rénovation, mais aussi de changements d’architecture furent entrepris pour que ce dernier illustre mieux son histoire et sa place dans le paysage shintoïste. Le style utilisé est le Shinmeizukkuri qui est aussi celui du sanctuaire d’Ise.

SCMAGLEV and Railway Park, le musée qui retrace l’histoire de la voie ferrée japonaise リニア・鉄道館

Avec la modernisation du Japon, Nagoya s’est transformée en grand pôle technologique où les industries comme Suzuki, Honda et Toyota ont choisi de s’installer. La ville abrite maintenant différents musées qui témoignent des évolutions et révolutions technologiques qui ont façonnées le paysage industriel du Japon, du tissage aux voitures, des trains aux étoiles.

Le SCMAGLEV and Railway Park est un espace qui regroupe toutes les locomotives ayant sillonnées les rails du Japon ainsi que les innovations du futur. Un espace multimédia et interactif propose de s’essayer au pilotage d’un shinkansen.

Le musée commémoratif de l’industrie et des technologies de Toyota トヨタ産業技術記念館

Saviez-vous que Toyota produisait du textile bien avant de construire des voitures ? Ce musée vous emmène à la découverte de l’évolution de la production de la marque mais aussi des technologies autour de ses deux activités. Dessiné autour de deux pôles majeurs, le musée vous en apprendra plus sur les technologies et les challenges relevés par Toyota de sa création à nos jours.

Si vous êtes de vrais fans de la marque et de voitures profitez d’un ticket groupé pour aller visiter le musée automobile Toyota トヨタ博物館 situé à Toyota, à une bonne demi-heure de Nagoya. Ce musée expose pas moins de 140 modèles de voitures dont certaines rarissimes comme la Sport Lexus. Infos et réservations sur le site du musée Toyota.

Le musée des sciences et le plus grand planétarium au monde 名古屋市科学館

Le musée des sciences est une destination pour les familles qui souhaitent se divertir et s’instruire. Ce musée propose une déambulation par thème avec panneaux explicatifs en plus d’espaces interactifs pour les plus jeunes. Le planétarium peut se vanter d’être le plus grand au monde dont les projections par thème pour les plus grands et les plus jeunes vous entraînent dans les astres (un surplus pour le planétarium est demandé à l’entrée). Les projections se font en japonais uniquement.

Le parc LEGO

Et si vous cherchez à vous évader pour une journée ou deux, Nagoya est aussi la première ville à avoir un LEGO parc, et devrait à partir de 2022 voir le premier parc d’attraction du studio d’animation Ghibli : Ghibli Park, ouvrir ses portes.

La gare de Nagoya 名古屋駅

Si vous êtes adepte des trains, ne manquez surtout pas la gare de Nagoya : la plus grande gare du monde en superficie ! (410 000 m2) C’est un véritable labyrinthe de rames et quais mais aussi et surtout de boutiques et restaurants. Souvent très bondée, elle est le centre de la ville et il est très facile de s’y perdre.

Visiter les alentours de Nagoya

Si vous êtes plutôt randonnée alors pourquoi ne pas découvrir Magome et Tsumago les deux jukus les plus connus de la Nakasendo.

Que manger à Nagoya ?

Cependant, une visite dans une ville japonaise ne pourrait être complète sans les délices culinaires qui l’accompagnent. Tout en vous présentant un ensemble de plats typiques de Nagoya, je me permettrai d’insister un peu plus sur ceux qui me semblent les moins connus du grands publics.

Les toasts Okura 小倉トースト

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par やす (@oga_yasu0310)


Présent dans tous les café de Nagoya les toasts okura sont un met des plus simples : une tranche de pain de mie épaisse, toastée, beurrée et tartinée avec une pâte d’azuki : un immanquable du petit-déjeuner.

Miso-katsu 味噌カツ

La sauce miso est une spécialité de Nagoya, le porc de Gifu est lui aussi très facile à obtenir alors l’idée de créer ce mets d’escalope de porc panée est évidente. Accompagnée de riz et de choux rappé, le Miso-katsu est un plat simple et omniprésent à Nagoya.

Miso-nikomi Udon  味噌煮込みうどん

L’udon est une variété de nouilles japonaise assez épaisse et lisse. Le miso de Nagoya, hatcho miso, est mélangé avec un bouillon qui sert de soupe pour notre plat. Servi dans un donabe, une sorte de cocotte en terre, le miso-nikomi-udon de Nagoya est traditionnellement accompagné de poireaux, shiitaké et kamaboko (un équivalent du surimi fabriqué à base de poisson et souvent bicolore).

Kishimen きし麺

Nouilles originales de la région d’Aichi, elles ressemblent beaucoup aux Udons mais sont plates. Les amateurs disent que cette forme offre plus de surface pouvant absorber sauce et soupe. En visitant le sanctuaire Atsuta, pourquoi ne pas en déguster au Miya-Kishimen ?

Taiwan ramen 台湾ラーメン

Un plat de nouilles qui arrive directement de l’île de Formose. Des pâtes de ramen accompagnées de viande de porc hachée épicée et de poireaux rissolés. Servi au restaurant Misen dans une atmosphère typiquement taïwanaise de tables partagées et de plats à diviser entre convives.

Hitsumabushi ひつまぶし

Le must-try de Nagoya reste l’Histumabushi, un plat d’unagi, anguille d’eau douce, qui se déguste en quatre étapes : seule avec du riz blanc, avec les condiments proposés, avec le bouillon et la dernière votre favorite des trois précédentes ?

Uiro ういろう(外郎)

Un wagashi, pâtisserie traditionnelle japonaise, de Nagoya qui se décline sous plusieurs parfum : nature, matcha, sakura, ou encore châtaigne, l’Uiro est un cousin des mochis. Originaire de l’époque Muromachi, époque des samouraïs et de la guerre Sengoku, cette sucrerie a su traverser les siècles et se construire une place bien particulière auprès des japonais. Il accompagne parfaitement le thé. Le plus vieux magasin d’Uiro de Nagoya est Mochibun, ouvert depuis 1659, il propose en plus d’une gamme de base des parfums saisonniers et d’autres wagashi.
Un conseil si vous achetez des Uiro à consommer plus tard : tout d’abord faites le réchauffer au micro-onde 500watt puis laissez complètement refroidir, enfin humidifiez votre lame pour couper avec précision l’Uiro.

Oni Manju 鬼饅頭 鬼まん

Une pâtisserie originaire de Nagoya composée de patates douces et farine de blé dont l’aspect est loin d’être aussi raffiné que d’autres wagashi, l’Oni Manju est cependant un des mets immanquables de Nagoya. Le nom de cette pâtisserie viendrait de son aspect brut qui rappellerait le bâton que portent les ogres (Oni) et de son aspect d’avant-guerre plus foncé qui n’inspirait pas forcément un goût très prometteur. L’Oni Manju, Oni-man, se trouve très facilement à Nagoya. Un Oni-man coûte environ 100yen l’unité, et rempli bien le ventre. Si cependant vous êtes un épicurien allez visiter Baikado, mais on vous conseille d’y aller en matinée car il n’est pas rare que le stock soit vendu avant la fin de journée !

Comment aller à Nagoya ?

Nagoya est un incroyable carrefour entre le Kanto et Kansai, mais aussi le monde avec son aéroport international. Savez-vous comment est surnommée la gare de Nagoya ? La gare des amoureux. Ce qui est particulièrement vrai le dimanche soir lorsque tous les jeunes couples d’étudiants se disent au revoir dans le hall principal.

Si vous voyagez avec un JR-pass :

Depuis Tokyo, Yokohama et le Kanto

Nagoya étant située sur la ligne Tokaido, il faut un peu plus d’1h et demi en Shinkansen pour rejoindre la gare de Nagoya depuis la gare de Tokyo.

Depuis Osaka, Kyoto et le Kansai

Toujours sur la ligne Tokaido, il faut environ 50 minutes en Shinkansen depuis la gare de Shin-Osaka pour arriver à Nagoya.

Si vous voyagez sans JR-pass, Nagoya Meitetsu Bus Center est une énorme plaque tournante pour tout le Japon. Vous trouverez des bus pour la plupart des destinations citées précédemment mais aussi pour des destinations encore plus lointaines : les villes principales de Shikoku, Fukuoka, Sendai, Niigata et plus encore !

Témoignages d’expatriés à Nagoya

Les gourmets seront sans doute les premiers à ajouter Nagoya sur leur bucket-list, mais les vrais amateurs de voitures devraient les suivre de près. Nagoya est aussi une belle ville pour vivre au Japon, étant à la fois centrale et bien plus accessible financièrement que Kyoto, Osaka et Tokyo. Ce ne sont sans doute pas les expatriés installés à Nagoya qui vous diront le contraire !

Théo, expatrié à Tokyo, a vécu 3ans à Nagoya

« Nagoya est un peu plus chaleureux que Tokyo, les gens y sont abordables et sympas. Hisaya Oodori a été refaite donc le centre ville est vraiment beau maintenant, et il y a suffisamment de bars et de clubs pour les jeunes qui veulent s’amuser, et ça arrive même de rencontrer plusieurs fois les mêmes personnes comme la ville n’est pas si grande. Moi qui y faisait du sport s’était vraiment sympa à Nagoya : club d’athlé, de natation, et la possibilité de quitter la ville en vélo pour la nature. Et comme on est situé entre le Kanto et le Kansai c’est vraiment génial pour voyager partout ! L’un des mes lieux favoris : Amphisbaena, un bar où il y a une console vintage à chaque table pour jouer tout en mangeant et discutant. »

Antoine, expatrié à Nagoya depuis 5 ans

« Ville très facile à vivre, idéalement située au centre du Japon. Ville plutôt fortunée où l’ambiance est au travail et à la réussite, on y sent que l’argent circule beaucoup. La vie nocturne y est plus sage qu’à Osaka ou Tokyo, et l’on fait vite le tour des choses à voir et à faire, en somme plus une ville pour le business que l’amusement. C’est aussi à la fois une ville industrielle et un centre historique (berceau des trois grands shoguns) avec beaucoup de site à visiter : le château de Nagoya, le Honmaru Goten, le jardin des Tokugawa, mais aussi le bourgade d’Arimatsu, Inuyama et son château. Pour les citadins ne manquez pas la gare de Nagoya et son quartier commercial, le mégastructure d’ « Oasis 21 », le parc Hisaya Oodori et le quartier animé le soir de Sakae. Parmis ces lieux le Honmaru Goten est mon lieu préféré, un magnifique palace médiéval reconstruit à l’identique selon les plans d’époque.

Suis-je content d’y avoir atterri ? Dans l’ensemble oui, même si parfois la ville manque cruellement de distraction. En revanche, je pense que les opportunités pour les business y sont grandes. »

Vincent, expatrié à Nagoya depuis plusieurs années

« L’atmosphère y est très plaisante, c’est une grosse ville (taille de Paris environ) mais elle a étrangement un côté ville à taille humaine comparée à Tokyo. Presque toutes les activités se passent dans le centre (quartier de Sakae) ce qui est très pratique et centralise la vie sociale de la ville. La ville est peu touristique, ce qui est un avantage en tant qu’étranger, les gens sont tout de suite curieux de savoir pourquoi l’on est là, ce qui est un très bon point de départ pour discuter.

Comme dit plus tôt, Nagoya est peu touristique, mais si vous passez par là ne manquer pas le Shotengai d’Osu Kannon, ou le château de Nagoya (entièrement rénové il y a peu). Pour les fans d’espace, le musée des sciences de Nagoya possède le plus grand planétarium du monde.

Nagoya est aussi un très bon point d’attache pour visiter les coins de campagnes facilement accessibles depuis la ville comme le château d’Inuyama (l’un des douze châteaux authentiques du Japon) ou le sud de la préfecture de Gifu.

Personnellement un des mes lieux préférés est le parc Tsuruma, un grand parc un peu au sud de Nagoya où l’on se retrouve fréquemment pour des pique-niques, des évènements, des minis concerts en libre accès, et des rencontres de cosplayers.

Globalement, la vie à Nagoya est super cool. Je suis super heureux d’être arrivé là ! »

Laisser un commentaire