Visiter Taipei en quelques jours

Bienvenue à Taipei, capitale de la République de Chine, plus connue sous le nom de Taïwan. Une métropole aux multiples facettes, à la fois traditionnelle et ultra-moderne et pourtant assez méconnue des voyageurs occidentaux. Partons à la découverte de cette mégalopole fascinante !

Taipei, une grande capitale pour une petite île

Les premières traces d’habitations dans cette ville par les aborigènes datent de plusieurs siècles, cependant l’on retient communément la date de 1709 pour la création du bassin de Taipei, lorsque les Hans immigrèrent à Taiwan. Cette immigration chinoise a par la suite été la base du développement de Taipei autour de la rivière de Tamsui, entre autre du quartier de Wanhua et de Datong. La ville n’est devenue la capitale de la province de Taïwan que depuis 1887, sous dynastie Qing. Après une annexion par les japonais pendant la seconde guerre mondiale et une confiscation puis tutelle de l’armée américaine, le Kuomintang, perdant du terrain contre Mao en Chine, se rapatrie à Taïwan en 1949.

Il faudra attendre 1996 pour que Taïwan devienne une véritable puissance démocratique avec plusieurs partis politiques. Après avoir longtemps été reléguée au simple “Made in Taïwan”, Taipei est depuis devenue le symbole d’un gouvernement démocratique et avant-gardiste. La ville a en effet  légalisée le mariage pour tous en 2016, a été désignée comme la meilleure ville au monde pour s’expatrier selon InterNation, et fait aussi figure de rebelle face au continent chinois. Enfin, la ville est une superbe destination touristique !

Que faire à Taipei ?

Les 5 incontournables de Taipei

La tour 101

Si Paris a sa tour Eiffel, Taipei a sa tour 101. Construite à l’image d’un bambou, et équipée d’un système de pendule qui amorti non seulement les balancements de la tour dus au vent mais aussi les secousses causées par les possibles tremblements de terre, la tour 101 a été pendant plusieurs années l’immeuble le plus haut d’Asie s’élevant à 508,2m (jusqu’en 2010). Ouverte le 31 Décembre 2004, c’est depuis « the place to be » pour fêter le nouvel an à Taiwan, lorsque le spectacle pyrotechnique enflamme la tour et que les mapping animent sa façade.

A l’intérieur ce sont 101 étages occupés en partie par des bureaux comme le Bureau de la représentation de la France à Taipei, et en partie par un immense centre commerciale grande classe, on parle ici de Prada, Chanel, etc. Cependant, c’est bien la vue depuis son étage point-de-vue qui attire le plus de voyageurs. Au 5ème étage, en achetant votre billet vous profiterez d’une micro-exposition sur Taiwan. Et cerise sur le gâteau, ce n’est autre que l’ascenseur le plus rapide au monde qui vous transportera du 5ème au 89ème étage en 37secondes top chrono. Arrivé au 89ème étage, à quelques 352m de hauteur, vous trouverez un panorama dégagé à 360° sur l’ensemble de la ville, et avec un peu de chance les montagnes. Quelques infos sur la tour 101.

Le mémorial de Chiang Kaï-Shek

Qui est Chiang Kaï-Shek ? Voici une question à laquelle il serait bien d’avoir une réponse avant votre visite. Nous allons essayer de faire simple et court. A la fin du 19ème siècle, alors que la Chine est en pleine guerre civile, le Kuomingtan décide de fuir l’armée de Mao en se repliant sur l’île de Taïwan alors que l’Amérique l’avait reprise au Japon à la suite de Seconde Guerre Mondiale. L’homme à la tête du Kuomingtan et qui sera la première pierre à l’édifice de Taiwan n’est autre que Chiang Kaï-Shek.

Le mémorial trône au centre d’un parc de 25 hectares où par la suite ont été construits le théâtre national et la salle nationale de concert. Le hall fait face à la porte en arche blanche et bleue. Le hall lui aussi blanc, bleu et rouge reprend les couleurs du drapeau Taïwanais et sur la façade est gravée : Éthique, Démocratie et Science, les trois piliers de l’idéal porté pas Chiang Kai-Shek. A l’intérieur, vous trouverez une statue à l’effigie de l’ancien président ainsi que plusieurs expositions autour de son parcours et de sa vie, ainsi que de sa politique. Une place immanquable lors de votre séjour à Taipei.

Le Musée National du Palais

Le musée National du Palais se situe au Nord de la capitale, inauguré en 1965 en ce lieu, l’origine du musée date pourtant de 1924 lorsque la dynastie Qing pris fin avec l’abdication de l’empereur Puyi, et que tous les trésors furent confisqués puis montrés au public une première fois. Réunissant des objets de toutes les dynasties passées, ainsi que des objets découverts lors de fouilles, le musée compte aujourd’hui pas moins de 698 854 trésors allant du bronze au jade, de documents d’archive à la calligraphie, ou encore des textiles aux tapisseries. En toute sincérité, une seule journée ne serait pas suffisante pour tout  voir, mais cela serait dommage de manquer d’y faire une visite.

Vous pourrez aussi en profiter pour vous promener dans les jardins de style chinois qui ont été créés à côté. Attention, ces jardins ont la réputation d’être très photogéniques et des hordes de taïwanais se pressent en weekend pour prendre le selfie parfait. Plus d’infos sur le musée du Palais.

Dadaocheng (Twatutia)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gua🐸 (@froggy._huang)

L’un des plus anciens quartiers de Taipei qui a su à la fin du 19ème siècle tirer profit de son port et des échanges internationaux à travers le commerce de la soie, du thé et du coton. Dans les vieilles rues vous trouverez des façades témoignant de toutes les époques et cultures qui ont influencées Taiwan. Ici vous trouverez des échoppes à thé, des magasins d’herbes médicinales chinoises, de café, de tissus, etc. Mais vous pourrez aussi découvrir des lieux moins communs comme la fonderie Xi Ring, la dernière fonderie à fabriquer les caractères d’impression de langues chinoises traditionnelles, le magasin de thé Wang où le thé est toujours torréfié au-dessus du charbon dans de grands paniers, ou encore en apprendre plus sur l’art des marionnettes de Taiwan musée, le Taiyuan d’art dramatique des marionnettes asiatiques.

Ximending

Première rue piétonne de Taiwan, Ximending (Ximen pour les intîmes) est un des districts les plus éclectiques de Taipei à visiter, souvent surnommé par certains l’ «Harajuku de Taipei ». Ici la majorité des magasins ouvrent en fin de matinée jusque tard dans la soirée. Avec des activités plus folles l’une que l’autre, ce quartier attire autant les touristes locaux qu’internationaux, vous pouvez tester un massage au couteau, trouver les dernières tendances fashion, ou encore prendre un repas dans le restaurant «Modern Toilet ». C’est également là que sont situés la plupart des hôtels touristiques.

Pour les adeptes d’art et de culture

Les 3 temples principaux de Taipei

Le temple de Longshan : Situé dans le quartier de Wanhua, proche du quartier historique de Bopiliao, mais aussi de l’allée aux Herbes, ce temple est un des plus vieux de Taipei, construit il y a 254 ans. Aujourd’hui à la fois lieux de culte mais aussi espace de rencontre social. Considéré par certains comme le plus bel exemple d’architecture bouddhiste chinoise, on y vénère Guanshiyin Boudha, le boudha de la miséricorde mais aussi d’autres divinités comme des dieux des études, ou encore de la fécondation, etc. Le matin à 6h et à 8h vous pourrez y entendre des chants bouddhistes.

Le temple de Confucius : Situé dans le quartier de Datong près du temple Bao’an, ce temple tranchera sans doute avec tout autre temple que vous aurez croisé sur votre route à Taiwan, car à la différence des autres architectures les temples du confucianisme se caractérisent par la sobriété des ornements. Par exemple, aucune calligraphie n’est peinte sur les portes car personne n’oserait montrer un travail imparfait au maître.

Le temple Xingtian : Situé dans le quartier de Zongshan, ce temple a combiné le confucianisme et le bouddhisme, et on y vénère le général de Guan Yu, patron des hommes d’affaires. On lui attribue pourtant aussi le pouvoir de créer une société plus harmonieuse. C’est aussi le premier temple à bannir l’utilisation des sticks à encens et papier à brûler, lui valant une réputation de temple protecteur de l’environnement. Vous y verrez aussi de nombreux adorateurs lisant des mantras ou consultant des livres de divination. D’ailleurs, juste à côté du temple se trouve une ruelle dédiée à la bonne fortune.  

Le quartier historique de Bopiliao

Un quartier historique qui sous l’impulsion de ses habitants a décidé de rénover ses vieux bâtiments plutôt que d’en créer de nouveau. Les murs en briques et arches en bois témoignent de l’héritage d’époques qui ont façonnées ses rues : dynastie Qing, occupation japonaise, ou encore après-guerre. Aujourd’hui, en plus de pouvoir déambuler dans ses anciennes rues, vous pourrez aussi apprécier des expositions d’art, des studios d’artisanat, des petits restaurants, etc. N’hésitez pas à faire un tour à « Bopiliao Historic Block » pour en apprendre plus avant d’arpenter les rues aux alentours.

Huashan 1914 Creative Park

Ou comment une distillerie se transforma en une scène pour la création artisanale et pour l’art en général. Construite par les Japonais en 1914, la distillerie Taihoku produisit du saké jusqu’en 1987 où elle fut abandonnée pour une autre. En 1997, une troupe de théâtre s’empare de cet espace pour ses répétitions et ses représentations. Ils se feront cependant rattraper par la loi pour avoir utilisé les lieux sans permission, et il faudra attendre 1999 pour qu’une association se monte et obtienne d’y ouvre un lieu dédié à l’art et à la création, scène qui n’ouvrira qu’en 2007. Aujourd’hui, Huashan 1914 Creative Park est le premier centre d’art et de création de Taipei, on y trouve un cinéma, des restaurant et cafés, des magasins d’artisanat et de produits design, mais aussi des performances et des expositions, le tout dans un site historique.

MOCA de Taipei

Pour les amateurs d’art contemporain, le MOCA de Taipei sera une adresse à noter. Cette ancienne école construite en 1921, deviendra de 1945 à 1993 la mairie de Taipei, avant d’être restaurée et classée au patrimoine historique, pour en 2001 devenir le Musée d’Art Contemporain de Taipei, le premier musée d’art contemporain de Taiwan.  

Les collections exposées tournent autour des thèmes tels que l’art, l’héritage, les technologies, et l’éducation. On note parmi les artistes récemment exposés Steve McCurry, Tao Ya-Lun, Yumiko Ono, ou encore Alvaro Trugeda.

La Treasure Hill

Un complexe artistique qui a donné une seconde vie à une ancienne communauté en réinvestissant les anciens appartements des vétérans du Kuomingtan. Ici on est à la fois transportés dans le passé par l’architecture mais aussi par les produits vendus au conbini remis en service, et à la fois immergés dans un immense espace d’art où d’anciennes chambres sont des studios de création, ou encore des salles d’exposition, ou bien encore un hôtel ou un café. Les touristes et amateurs d’art côtoient les locaux au détour des ruelles de granit et des briques oranges. L’accent a aussi été mis sur la transmission, et si les habitants ont quitté les lieux, des plaques portant leur nom et une simple explication de l’histoire de la famille témoignent de la vie qui était la leur. Plusieurs infos sur le Treasure Hill.

Pour les amoureux de nature

Le parc Daan-senlin

Avec des forêts de bambou, des tapis de fleurs, des arbres banians, des plans d’eau, etc. le plus grand parc de Taipei est apprécié pour se retrouver entre amis et profiter des pelouses au calme, se coupant ainsi de la frénésie de la capitale.

La montagne de l’éléphant

L’une des quatre montagnes des bêtes avec celles du lion, du tigre et du léopard. La montagne de l’éléphant est appréciée des touristes pour sa vue imprenable sur Taipei et la tour 101. Particulièrement prise d’assaut au coucher du soleil.

Et pour les plus sportifs d’entre nous pourquoi pas marcher la randonnée complète des Quatre Bêtes. De nombreux randonneurs recommandent d’ailleurs plutôt la montagne du Tigre à celle de l’éléphant, ou encore le chemin de randonnée JianTian.

Le jardin botanique de Taipei

Un jardin crée lors de l’occupation japonaise en tant qu’infirmerie. Puis en 1921, le jardin fut renommée et de nombreuses espèces de fleurs introduites. Aujourd’hui, le jardin qui abrite près de 2000 fleurs différentes et s’étend sur plus de 8 hectares, se subdivise en 17 espaces avec 9 étangs dont un étang de lotus, mais aussi un espace dédié au plantes endémiques de Taiwan.

Maokong et ses fermes à thé

Sans doute les fermes à thé les plus accessibles depuis Taipei, Maokong est aisément accessible en transport en commun depuis le centre-ville. Depuis Xindian, vous aurez la possibilité de faire l’ascension à pied (environ 1 à 2 heures de marche) ou de prendre une cabine jusqu’au sommet (attention au vertige avec les quelques cabines au plancher transparent) .

La réserve naturelle de Guandu

Un peu excentrée de Taipei, cette réserve naturelle située à la confluence du fleuve Tamsui et du fleuve Jilong abrite au moins 230 espèces d’oiseaux sur 57 hectares. Le paysage inclus des marécages, des rizières, des étangs, des bois et ruisseaux, dont une majeure partie n’est pas ouverte au public. Cependant, l’espace principal vous permettra d’en savoir plus sur la faune et la flore du parc en visitant le « Nature Center » puis en vous promenant sur les chemins aménagés, puis en observant la vie sauvage depuis les cabines.
Plus proche du centre-ville vous pouvez aussi vous tourner vers la plus modeste réserve naturelle de Zhishan.

Que manger à Taipei ?

Les marchés de nuit de la capitale

Taipei regorge de marchés de nuit et où que vous choisissiez de vous promener ou de dormir vous aurez sans doute à proximité l’un de ses emblématiques marchés de Taiwan. Parmi tous les marchés notons que celui de Shilin, celui de Raohe et celui de Ninxia sont les trois plus importants de la capitale. Sur place, n’hésitez pas à tout goûter ! La cuisine taïwanaise est extrêmement riche alors pourquoi s’en priver quand on peut sur les marchés de nuit goûter à tous les snacks. Car oui, la culture du marché de nuit est belle et bien d’acheter un bout par-ci, un autre par-là, de manger sur une petite table vite fait ou bien même en marchant. Les marchés de nuit c’est aussi l’occasion de tester des jeux, de trouver des vêtements ou encore n’importe quel gadget pour votre téléphone.

Parmi les plats à tester : le « choudoufu » ou tofu qui pue, le « gua bao », la version du hamburger à la taïwanaise, le blanc de poulet fris « jipai », les « pepper bun », les omelettes aux huîtres, le jus de cannes à sucre, les odens, etc. La liste est sans fin !

Déguster un « bubble tea »

Le saviez-vous, le bubble tea ou « zhenzhu-naicha » est originaire de Taïwan ! Une boisson à base de thé, souvent de lait, et de billes de tapioca. A Taïwan il existe toute une ribambelle d’enseignes et souvent vous les trouverez porte-à-porte. Aujourd’hui, il existe des saveurs à base de jus de fruit, de yogourt à boire, de coca, etc.

Comment commander un bubble tea, oui cela requiert un petit savoir que voici : une fois votre boisson choisie parmi la longue liste à votre disposition vous allez devoir encore donner au moins deux informations au vendeur : le sucre puis les glaçons, et ici on parle en proportion, de ce fait 10 est le max et 0 le minimum. Prenons un exemple, je souhaite commander un « TieGuanYing zhenzhu-naicha, 3fen tang, chu-bing » cela signifie « un bubble-tea au lait TieGuanYing avec 3 portion de sucre sur 10, et sans glaçon ». Bon rassurez-vous dans la plupart des magasins à Taipei le menu est en anglais, les vendeurs parlent anglais et ont de magnifiques dessins pour vous aider.  A noter que les taïwanais ont tendance à boire leur bubble tea très sucré. Nous vous conseillons de tester un « 5fen » ou « yi-ban » pour commencer si vous aimez votre thé bien sucré. De même, pour les glaçons, les thés sont servi froid donc sauf si vous prévoyez de déguster très lentement votre thé, « chu-bing » sans glaçon ou « wei-bing » c’est-à-dire « peu de glaçon ». Enfin, certaines enseignes vous auront déjà mâché le travail en préparant des boissons où tout a été décidé pour vous.

Se régaler de nouilles

L’un des plats emblématiques de Taïwan est le « NyouRouMian », les nouilles à la viandes de bœuf. Des morceaux de viande de bœuf braisés puis marinés dans une soupe, des nouilles faites maison tantôt fines, tantôt épaisses, aucun restaurant ne vend la même recette et certains gourmets font la chasse au bol parfait. Le petit problème pour nous voyageurs c’est qu’une partie des restaurant n’ont pas de menu anglais… mais on peut tout de même citer quelques noms : le très plébiscité Yongkang, l’épicé Duan-Chun-Zhen, Lao-Tzang est sa soupe à base de tomates ou encore LaoShanDong qui depuis 1949 sert des nouilles coupées au couteau.

Une fondue chinoise

Les taïwanais vouent un véritable amour pour leur fondue chinoise « HouGou ». Ils pourraient en manger été comme hiver ! Le principe est simple, une grande marmite au centre de la table qui chauffe, deux saveurs de soupe dans ladite marmite, et une montagne d’ingrédients à faire plonger dans ces soupes, viandes, poissons, légumes, wuntun, etc. Un des gros avantages c’est qu’en plus de profiter de deux saveurs de soupes, vous pouvez en garder une partie végétarienne si un ami l’est. On vous recommande de tester le « Mala-hougou » si vous ne craignez pas les épices.

Et pour les voyageurs solitaires sachez que certaines enseignes proposent des petites marmites faites spécialement pour une personne. Cependant, ces marmites souvent n’offrent qu’une seule option de soupe.

L’international Din Tai Fong

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Foodie (@tisfoodies)

Si la chaîne de restaurant ne s’est toujours pas installée à Paris, elle est pourtant présente aux quatre coins du monde. Populaire pour ses « xiaolongbao », ravioli vapeur avec soupe à l’intérieur, Din Tai Fong propose pourtant un menu large avec des « shao-mai », ravioli vapeur, des soupes, des nouilles, des riz sautés, et même des desserts. Évidemment, nous vous recommandons leurs produits de marque mais n’hésitez pas à vous faire plaisir, avec des « xiaolongbao au chocolat » en dessert par exemple ! En revanche, attendez-vous à de l’attente avant de vous retrouver baguettes en mains devant votre panier vapeur.

Comment se rendre et se déplacer à Taipei ?

Arriver à Taipei

Pour se rendre à Taipei, la solution la plus simple depuis la France est l’avion. Il existe des vols directs depuis Paris mais il y aussi des vols avec des escales. Il faut compter environ 600€ pour un vol aller-retour. L’aéroport international de Taipei est celui de Taoyuan, situé non dans la ville de Taipei mais dans celle de Taoyuan, et est relié au centre-ville de Taipei par MRT en moins d’une heure et  35 minutes pour le service express.

Se déplacer à Taipei

Et sur place alors ? Taipei possède un bon réseau de transport en commun entre le MRT, le système de métro de la ville, les bus et les Youbike, des vélos partagés. Le système des Uber existe aussi, si vous êtes plusieurs cela peut s’avérer une belle option, parfois plus directe et rapide que les transports en communs, si votre destinations n’est pas sur le quadrillage de ces derniers. Un petit conseil, si vous voulez vous simplifier le voyage pensez à vous procurer une « Easy Card » que vous pouvez utiliser aussi bien dans le MRT, que dans les bus ou louer un Youbike, et ce dans le pays entier. Le principe est simple : vous chargez une somme sur la carte et vous la biper à chaque fois que vous utilisez un transport en commun. Pour la recharger, rendez-vous dans un magasin de proximité ou directement au guichet de votre station.

Maintenant, vous avez beaucoup de cartes en main pour préparer votre voyage à Taipei, une capitale aux nombreuses facettes, aux milles saveurs et surtout une porte d’entrée sur l’ensemble de l’île. Et pour profiter encore davantage de votre séjour, pensez à faire appel à un guide privé 😉

Laisser un commentaire