Assister à une cérémonie du thé au Japon

Vivez l’expérience authentique de la cérémonie du thé japonaise héritée du Bouddhisme Zen dans une maison de thé traditionnelle à Kyoto.

La cérémonie du thé au Japon

Une expérience unique dans une Machiya

Laissez-vous accueillir par les hôtes de cette maison traditionnelle kyotoïte pour un moment de douceur et de légèreté. Découvrez les subtilités du thé et de sa préparation, le chanoyu 茶の湯 (ou sado ou chado), depuis des siècles selon les rites japonais. Emerveillez-vous devant la beauté des Wagashi, ces pâtisseries japonaises faîtes main avant de les savourer. Observez les gestes délicats et précis de votre hôte et apprenez à réaliser vous-même le thé Matcha au bol et au Chasen.


"Vivez un moment hors du temps"

Réservez une cérémonie privative

Profitez d’une cérémonie de 45 minutes uniquement pour vous

6000 Yen (~50€) pour 1 personne, 3000 Yen (~25€) par personne supplémentaire

Réservez une cérémonie en groupe

Actuellement indisponible pour cause de mesures COVID-19.

*Merci de réserver au maximum 24h à l’avance

La maison de thé Camellia, plus de 100 ans d'expérience

La maison de thé Camellia

Découvrez la poésie et l’élégance d’une cérémonie du thé traditionnelle au sein de la maison Camellia, Ochaya centenaire située en plein cœur de Kyoto, à quelques pas du Temple bouddhiste Ryoan-Ji.

Plus qu'un protocole, un art.

Le terme cérémonie est en réalité assez récent, désigné par l’Occident. On ne parlait pas auparavant au Japon de “cérémonie” du thé à proprement parler. Cette expérience est avant tout un moment propice à la rencontre, au tissage de relation entre les hôtes et invités. Il s’agit de créer ce que l’on nomme au Japon le Musubi 結び, un lien fort entre les gens amené à durer.

Avant de consommer le thé, il était d’usage de traverser un beau jardin, afin de se purifier l’âme, d’oublier ses soucis. Il était également d’usage pour tous les hommes qui souhaitaient participer à la cérémonie du thé d’entrer à genoux par une petite porte dérobée dans la maison de thé chashitsu 茶室. Il faut y voir par là la signification qu’à l’intérieur de cette pièce, tous les hommes sont égaux, peu importe leur rang. Les portes, petites, étaient également réalisées ainsi pour ne pas permettre aux samouraïs de rentrer katana sur le dos.

Un wagashi traditionnel

L’hôte commence naturellement par nettoyer ses ustensiles, symbole de pureté. Il en fera ainsi plusieurs fois sous vos yeux entre chaque préparation, le tout en position dite “Seiza” sur le Tatami. Tous ces gestes amènent à une atmosphère de sérénité à l’intérieur du pavillon de thé.

S’il est primordial, le thé (cha 茶) n’est en fait qu’un prétexte pour cet instant, cette prière. La plupart du temps, c’est le thé Matcha qui vous sera proposé (parfois des feuilles de thé vert). Rempli de bienfaits pour le corps et l’esprit, le Matcha est une poudre fine verte criarde obtenue traditionnellement en écrasant les meilleurs plants de thé vert entre 2 grosses pierres. Il s’ingère entièrement et possède un goût unique, assez amer, que certains adorent et d’autres détestent. La bonne préparation du thé matcha se réalise méthodiquement en suivant certains codes. L’eau de préparation doit être à température tiède. Le bol, chawan 茶碗, sert à la fois à la préparation et à la dégustation du thé. Une fois la poudre Matcha et l’eau versée dans le bol, l’hôte se munit du fouet traditionnel en bambou chasen 茶筅 et fouette énergiquement la préparation jusqu’à obtenir un thé mousseux raffiné et délicat. Bonne dégustation ! 

En plus du thé vert, une place importante est donnée à la dégustation des Wagashi, les pâtisseries traditionnelles japonaises souvent réalisées à la main à base de mochi, farine de riz gluant. D’un esthétisme bluffant, ces sucreries doivent être en harmonie avec la saison et le temps du moment. Ne vous étonnez donc pas de déguster un Wagashi rougeâtre en période d’automne ou rose-sakura au printemps. Chaque détail compte dans un calme absolu, comme une méditation. Les japonais appellent cet art de vivre le Wabi-Sabi 侘寂.

Une machiya à Kyoto

La cérémonie du thé est un Art, et il n’est pas rare qu’elle soit mêlée à la découverte d’autres arts japonais : la calligraphie, qui va donner le ton de la cérémonie, l’ikebana (arrangement floral) qui doit refléter l’expression de la nature avec un Camelia ouvert par exemple… Parfois même ce moment peut compter sur la présence de Geisha ou Maiko dans leur beau Kimono pour les maisons les plus prestigieuses.

La fin de la cérémonie est généralement un temps d’observation des objets, des ustensiles dans le silence, l’essence du zazen

L'histoire de la cérémonie du thé

De grands noms de personnalités remarquables sont liés à l’Histoire de la cérémonie du thé qui serait née au 15ème siècle au Japon : Murata Juko, Sen no Rikyu, le maître Eisai, Hideyoshi Toyotomi ou encore Ashigaka Yoshimana.

Comme c’est le cas pour l’histoire du bouddhisme, la cérémonie du thé a été introduite et s’est développée au Japon au travers de plusieurs écoles (l’Omotesenke, l’Urasenke et la Mushakōjisenke). Dans les faits, celles-ci ne diffèrent que très peu les unes des autres. On trouve la cérémonie Obon Temae, la cérémonie Hira Demae… Aujourd’hui, ces écoles ont évoluées et d’autres ont pris le relais pour instruire à un nombre grandissant d’élèves l’art traditionnel japonais du Chanoyu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez le Japon avec nos Guides Privés