Bienvenue dans la ville la plus dynamique de Kyushu, Fukuoka ! Capitale de l’île du sud-ouest dont les essences gastronomiques des Yatai cache une ville à plusieurs visages. Venez vous attabler devant un tonkotsu ramen en écoutant des histoires en hakata-ben. 

Une ville dynamique depuis des centaines d’années

Fukuoka 福岡 se targue d’être la ville la plus dynamique de la péninsule de Kyushu 九州. Mais ne vous faites pas avoir trop vite cela ne signifie pas qu’elle ne possède pas d’histoire ! Située à l’extrême nord de la péninsule avec un accès direct sur la mer du Japon 玄界灘, la ville abrite un port qui servait de lien avec l’Asie. Si ce dernier servait de point de départ pour la Chine et la Corée, il fut aussi le théâtre de nombreuses tentatives d’invasion !

Ce fut particulièrement le cas vers 1270 qui fut marquée par diverses attaques mongoles sur le pays du soleil levant. Pour l’anecdote historique, la dernière vague d’invasion ennemie mongole fut stoppée par un important typhon qui fut nommé Kamikaze 神風, et qui plus tard donnera son nom au corps d’aviation suicidaire lors de la seconde guerre mondiale. Mais ces histoires datent d’une époque fort lointaine où la ville de Fukuoka n’existait pas encore telle quelle. Jusqu’en 1889, la ville d’Hakata 博多occupait les fonctions de port marchand ; haut lieu de commerce sur l’archipel ; et la ville de Fukuoka abritait les demeures de nobles samouraïs. Les deux cités décidèrent de fusionner en une seule et un conseil se tint pour décider du nom à retenir. L’histoire raconte que ce fut Hakata qui aurait dû être choisie mais un groupe de samouraï fit irruption lors de l’assemblée et obligea à ce que Fukuoka soit retenu. Qu’à cela ne tienne, si la ville se nomme aujourd’hui Fukuoka, le nom Hakata est loin d’avoir disparu puisqu’on l’utilise en référence au quartier historique de la ville, pour parler du dialecte de la ville (Hakata-ben 博多弁) et pour le nom de la gare ferrovière JR Hakata 博多駅.

Une ville qui régale les papilles

Le tonkotsu ramen made in Hakata

Ce n’est pas pour son histoire que Fukuoka est de nos jours aussi connue mais pour entre autres sa gastronomie. Classée presque unanimement comment la ville aux meilleurs tonkostu ramen 豚骨ラーメン du Japon, la célèbre chaîne Ichiran Ramen一蘭ラーメン est née à Hakata. Pour ceux d’entre-vous qui ne connaissent pas les ramens, ce sont des nouilles en sauce dont l’origine serait chinoise. Il existe plus d’une vingtaine de ramen au Japon, dont les Hakata ramen 博多ラーメンoriginaires de Fukuoka. La soupe de cette dernière utilise une base de bouillon de porc (obtenu en faisant bouillir longuement les os) appelé tonkotsu et des nouilles droites. Le boom des ramen est tel à Fukuoka qu’il existe des services spéciaux tels que les taxis ramen, les tours de dégustations de ramen et même une compétition de ramen !

A l’origine de l’Udon

Pour rester dans les nouilles, saviez-vous que les udons うどん ont été inventés à Fukuoka ? Non, et bien rassurez-vous vous n’êtes pas les seuls. Avec pourtant une histoire qui remonterait au 11ème siècle, l’origine des udons au Japon est cependant méconnue du grand public. Ce serait le moine Shoichi Kokushi 聖一国士 qui ramena lors d’un de ses voyages en Chine le secret de la fabrication et utilisation de la farine !  L’on dit que grâce à cette découverte, le Japon pu développer les udon うどん, les soba そば, les yokan 羊羹 (pâte d’azuki) et les manjus 饅頭. Alors, si comme moi il vous prend l’envie d’aller remercier cet érudit, nous vous invitons à vous rendre au temple Jotenji 承天寺 avant de vous rendre dans un restaurant et de tester l’Hakata udon. Vous vous verrez servir un plat de nouille (udon) moelleuses et lisses dans une soupe claire faite à partir d’un bouillon de poisson et de sauce soja.

Yatai, la culture de la street food

Et pour tous les gourmets qui se respectent, un passage par les yatai 屋台 est obligatoire en visite à Fukuoka. Les yatai sont des stands de nourriture qui offrent un petit comptoir avec une dizaine de places et une cuisine authentique. Fukuoka est la ville du Japon avec le plus grands nombre de yatai. Le site web officiel du tourisme à Fukuoka n’en dénombre pas moins de 102 au 1er Aout 2019. Attention, si vous cherchez des sushi vous êtes à la mauvaise enseigne ! Selon la loi les yatai ne sont pas en droit de servir des produits crus. Mais ne vous en fait pas, il y aura quand même du choix entre les yakitoris, les ramen, les gyozas, etc. Prenez aussi soin de bien respecter les règles qui sont de ne pas rester debout près d’un yatai, de laisser sa place au suivant une fois son repas fini et de suivre les indications de consommation du yatai (minimum ou maximum de plats à consommer par exemple). Il est à noter qu’il peut être difficile pour un grand groupe de profiter des yatai du fait de leur étroitesse. Mais surtout profitez-en pour tester le concept « hashigo ハシゴ » qui est de passer d’un stand à l’autre. Une fois votre plat de gyoza terminé au premier yatai, allez au suivant pour votre ramen, puis au suivant pour quelques tempura, etc. Chaque yatai a sa spécialité, pourquoi s’en priver !?

Une cantine sur la mer

Si vous voulez des sushi, Fukuoka est quand même une excellente adresse ! Après tout, nous vous avons dit que c’était une belle ville portuaire, mais l’on vous a caché que c’était la ville du Japon dont la pêche est la plus rentable. Un conseil : se rendre au port de Hakata 博多港 ! Pas très loin du centre, le port abrite quelques restaurants qui sont ravitaillés en produits frais de la mer en direct. Attention, prenez une petite note : « kujira  » en japonais signifie « baleine », et il se peut qu’il y en ait au restaurant (anecdote vécue de la part de l’auteur qui commanda le plat de sashimi du jour mangeant pour la seconde fois de sa vie de la baleine).

Que faire à Fukuoka ? (à part manger)

Bon, mais à part le tourisme gustatif il y a quand même pleins d’autres choses à découvrir dans la capitale de Kyushu !

Canal City キャナルシティ博多

Un immense centre commercial dont l’architecture futuriste mêle couleurs, formes, végétation et eau. Ici, vous ne trouverez pas seulement des magasins de prêt-à-porter mais aussi des restaurants de toutes sortes, des arcades de jeu, des installations artistiques, un cinéma et une scène d’art dramatique. Ne manquez pas le show de la fontaine centrale toutes les heures en musique et marquant les demi-heures en silence. A 19:00, 21:00 et 23:00 heures un spectacle spécial incorporant un 3D mapping a lieu sur l’impressionnante façade.

Kawabata shotengai 川端通商店街

L’allée marchande la plus ancienne d’Hakata dont l’ambiance a su rester celle des années de l’époque Showa. Une destination pour les amateurs de shopping qui aiment flâner. Quelque part plus authentique que Canal City, cette allée couverte héberge de petits magasins qui vous demanderont peut-être de fouiner un peu.

Kushida-jinja 櫛田神社

Ou O-Kushida-san, le temple principal de Fukuoka auquel est dédié le festival Hakata Gion Yamakasa, classé au patrimoine de l’UNESCO. Ce temple qui sera aussi le plus ancien de Fukuoka a été bâti lorsque Fukuoka fut désigné comme port de relation entre le Japon et la Chine en 757 pour protéger les marins et la ville. Son enceinte protège un très bel arbre gingko de quelques milliers d’année et il est possible de tester sa force en tentant de soulever une pierre «chikara-no-ishi 力の石 » dont les autres alignées ont été signées par des sumos. En passant la porte, jetez un coup d’œil au-dessus de votre tête sous les lanternes rouges, une surprise vous attend !

Shofuku-ji 聖福寺

Le premier temple zen du Japon construit en 1195, sous le règne du premier shogun de l’ère Kamakura, par le maître zen Yosai à qui l’on doit aussi l’introduction du thé dont il planta les premiers plants dans le mont Sefuri appartenant au temple. On raconte que c’est d’ici que la production du thé se propagea jusqu’à Uji à Kyoto. Ce temple a conservé son agencement d’origine, fidèle à celui d’un temple zen avec une porte pour les émissaire, une porte pour le temple, un autel et les quartiers de moine zen en charge tous alignés. Ce temple zen dû à son importance historique est classé trésor national.

Le marché de Yanagibashi Rengo 柳橋連合市場

Si plus haut je vous ai conseillé le port d’Hakata pour les sushis, j’aurais aussi pu vous conseiller le marché de Yanagibashi.  Au début des années 1900, un premier poissonnier se met à vendre son poisson arrivant directement du port. Aujourd’hui, c’est un véritable labyrinthe qui s’est étendu et propose des produits tous plus frais les uns que les autres. Une adresse immanquable pour un repas ou pour trouver des souvenirs à ramener !

Hakata Port Tower 博多ポートタワー

Si vous êtes proche du port profitez-en pour aller à la Hakata Port Tower 博多ポートタワー qui vous offrira une belle vue sur la ville et la mer. Ne soyez pas surpris de lui trouver des points communs avec la tour Tsutenkaku d’Osaka ou la tour de Tokyo. En effet, leur architecte est la même personne.

Le temple Tocho-ji 東長寺

Il abrite le plus large Bouddha assis en bois du Japon est aussi dit être le premier temple de la religion Shingon que le moine Kukai aurait fait édifié à son retour de chine. Tout d’abord construit en bord de mer, il a par la suite été déplacé à son actuel emplacement.

Accèder à Fukuoka

Parmi cette liste non exhaustive j’espère qu’il y a au moins un lieu qui aura su retenir votre attention. Mais ce n’est pas tout, comment se rend-on jusqu’à Fukuoka ?

  • Par les airs, Fukuoka est desservi par un aéroport international : Fukuoka airport (FUK). Avec de nombreux vols entre la Corée, la Chine et Taiwan, Fukuoka reste une grande porte d’entrée et de sortie sur le reste de l’Asie.
  • Par la mer, le port de Fukuoka reste encore un point d’accès utilisé par des navires de croisière et des ferries arrivant depuis la Chine et la Corée. Il faut moins de 3h pour relier Fukuoka à la Corée par bateau express, une nuit pour ceux qui veulent prendre le temps.
  • Par les rails, la gare JR d’Hakata en plus d’être magnifique est aussi une importante zone de transit pour les voyageurs. Elle est desservie toutes les heures par les Shinkansen Sakura qui relient l’extrême sud de Kyushu (Kagoshima-Chuo) et le Kansai (Shin-Osaka) et qui sont accessibles aux usagers de JRpass. Attention, la gare est aussi desservie par les shinkansen Nozomi et Mizuho qui eux ne sont pas intégrés dans l’offre des JRpass. A noter aussi qu’il existe un pass limité à la région de Kyushu qui peut vous aider à réduire vos frais.
  • Par les bus, avec la gare routière d’Hakata qui elle aussi offre une option plus raisonnable pour les non-usagers de JRpass. Des bus de nuit assurent des navettes jusqu’à Tokyo et Osaka. Il est cependant intéressant de vérifier les prix en les comparants avec les vols low cost pour le rapport temps.

Si vous souhaitez vous déplacer dans Kyushu il existe deux offres notables : le SUNQ Pass et le Kyushu JR pass. Le premier est dédié au réseau de bus de la péninsule, l’autre au réseau ferroviaire.

  • Le SUNQ Pass, il existe plusieurs variantes de ce pass le « All Kyushu » qui couvre l’ensemble du réseau puis le « Northern Kyushu » et le « Southern Kyushu ». Ce pass est valable 3 jours consécutifs (4 jours possibles dans le cas du « All Kyushu » pass) une fois activé pour la période choisie.
  • Le Kyushu JR pass, l’alternative au JR pass national, se divise lui aussi en trois offres : le « All Kyushu Area Pass », le « Northern Kyushu Area Pass » et le « Southern Kyushu Area Pass ». Les pass sont valides pour une durée de 3 jours ou de 5 jours dans le cas des deux premiers. Il est cependant à noter que le shinkansen Sanyo entre Hakata et Kokura n’est pas compris dans les pass.

Damien, résident à Fukuoka

Pour conclure cet article d’introduction de la ville de Fukuoka, je vous propose de découvrir le vécu de Damien, un grand amoureux de voyages et surtout du Japon, qui a vécu 3 mois à Fukuoka dans le but d’y apprendre le japonais.

Bonjour, peux-tu d’abord nous dire quand es-tu parti à Fukuoka et quel âge avais-tu ?

J’y ai séjourné d’avril à début juillet 2018, et j’avais 39 ans !

C’était la première fois que tu allais à Fukuoka ? Si non, à quand remonte ton premier voyage à Fukuoka ? Et y en a-t-il eu d’autres ?

Je m’étais déjà rendu à Fukuoka l’année précédente en 2017, en touriste. C’était alors mon 4e voyage au Japon, mais ma 1ere fois à Fukuoka. Il y en aura d’autres, à commencer par novembre cette année !

Dans quel quartier habitais-tu ? Peux-tu nous décrire un peu l’ambiance de ton quartier et de la ville plus globalement ? Et quel-est ton lieu favori ?

J’habitais dans le quartier de Morooka au sud de la ville, dans une sharehouse. Pas grand-chose à dire sur le quartier, un peu excentré du cœur de ville tout en restant proche des zones principales. Résidences pavillonnaires et immeubles se côtoyaient. Comme il y avait 2 gares à moins de 10mn de marche, c’était facile d’y trouver des commerces, restaurants, bars… Le fait est qu’à la sharehouse l’ambiance était excellente entre tous les résidents (une trentaine dont une dizaine de Japonais, et 12 nationalités au total), ce qui rendait n’importe quelle sortie très agréable, peu importe l’endroit haha !

L’ambiance de Fukuoka va évidemment dépendre du quartier dans lequel on se trouve (Hakata, Tenjin, Ohori, Momochi, Meinohama, etc, la ville est très étendue…), mais de manière générale les gens sont très gentils et ouverts, et très « relax » aussi. Tenjin reste l’endroit le plus animé, quelle que soit l’heure.

J’aime beaucoup l’ile de Nakasu. Le quartier a une réputation de « quartier chaud et dangereux» pour les Japonais, certains établissements pas très conventionnels ayant pignon sur rue… personnellement, je l’ai trouvé joyeux et coloré avec beaucoup d’animations de rue comme des concerts improvisés sur les ponts de la rivière. Ça m’a rappelé l’ambiance un peu folle du quartier Shinsekai à Osaka, que j’affectionne particulièrement. Et ce quartier fait la jonction entre Tenjin et Hakata, on peut donc vite changer d’ambiance selon son envie !

Peux-tu nous raconter ton meilleur bol de Ramen à Fukuoka ?

Un Tonkotsu Ramen ! J’en salive rien qu’en y repensant ! Je l’ai mangé dans un minuscule restaurant au sous-sol d’un building de Tenjin. Le bouillon opaque et gras (il faut insister sur un point : le bouillon est l’élément principal d’un bol de Ramen!), les œufs mi-cuits, le porc, les nouilles… tout était exquis !

As-tu eu l’occasion d’aller t’attabler à un yatai ? Recommanderais-tu l’expérience à quelqu’un qui ne parle pas (bien) japonais ? As-tu un conseil pour réussir l’expérience ?

J’y suis allé quelques fois. A Fukuoka c’est vraiment quelque chose à faire. Il y a notamment un endroit au sud de Nakasu avec une allée près de la rivière qui est pleine de yatai le soir, l’ambiance y est magique. Peu importe qu’on parle japonais ou pas, les gens qui tiennent les yatai ont un minimum de vocabulaire anglais pour assurer le service.

Pour réussir l’expérience : installez-vous à un yatai où les gens parlent vraiment fort et rigolent (c’est souvent signe qu’ils ont un peu trop bu, et seront plus enclins à engager la conversation malgré l’éventuelle barrière de la langue), et profitez du moment !

A part les ramen et les yatais quels sont les points clefs qu’il ne faut pas manquer lors de son passage à Fukuoka ?

Pour terminer sur le thème de la nourriture, il faut absolument tester le motsu-nabe, sorte de pot-au-feu et grande spécialité de la ville !

Visiter le quartier de Gion près d’Hakata, qui abrite des temples et sanctuaires, flâner dans les parcs d’Ohori et Maizuru, passer une petite journée sur l’île de Nokonoshima, au parc Uminonakamichi, faire du shopping à Canal City ou dans la gare d’Hakata, explorer Tenjin, voir le soleil se coucher du haut de la Fukuoka Tower,… impossible de s’ennuyer à Fukuoka !

Et pour ceux qui auraient beaucoup de temps devant eux, des visites dans les alentours (Nagasaki, Dazaifu, Beppu, etc) ?

Dazaifu est accessible rapidement depuis Fukuoka, on peut y aller pour la journée ou demi-journée. Pour Nagasaki et Beppu, c’est plus raisonnable d’y passer 2 jours (ou alors une « grosse » journée en partant très tôt de Fukuoka et en revenant très tard, il y a tout de même 2h de train pour aller à l’un ou l’autre). J’y ajouterais Karatsu, petite ville à l’ouest de Fukuoka qui offre une escapade insolite, où le visiteur profitera d’un château, d’une forêt de pins de 5 km de longueur au bord d’une plage, et d’une petite montagne offrant un panorama à couper le souffle… à 2h de bateau, l’île d’Iki offre pour 2-3 jours un grand bol d’air et de dépaysement… il y a beaucoup à voir autour de Fukuoka !

As-tu un dernier mot pour finir de convaincre les voyageurs de rajouter Fukuoka à leur liste ?

La ville est plate, il est donc très facile de la visiter en vélo haha ! Et il y a le wifi à toutes les stations de métro 🙂

Plus sérieusement, cette ville offre une alternative plus calme que Tokyo ou Kyoto. On y réapprend à visiter le Japon sans enchaîner les temples et les monuments de la ‘to-do-list’ au pas de course, sans avoir l’impression d’être dans un grand parc d’attraction. On flâne dans les parcs, les rues, en prenant le temps de s’imprégner de son ambiance particulière et de découvrir ses charmes cachés.

Venez à Fukuoka !


Svetlana Zehnder

Installée au Japon depuis 2016, j'espère vous donner l'envie de découvrir ce magnifique pays au travers de mes écrits.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *