Si vous êtes un fervent lecteur de Nihonkara, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai été invité à découvrir la région de Tottori par l’office de Tourisme japonais en septembre dernier lors d’un blogtrip. Voici mon compte rendu d’un séjour inoubliable à Tottori.

Tottori et sa dune de sable

Un bord de mer magnifique sous un temps ensoleillé, on peut dire qu’on a eu de la chance lorsque l’on nous a amené visité Tottori ! Mais aussi et surtout : du sable ! Le sable des fameuses dunes de Tottori. L’endroit est sans-doute l’attraction principale de la région, et on la comprend ! Allez, on enlève ses chaussures et ses chaussettes et on fonce pieds-nus à la découverte du paysage !

Vous voyez cet homme l’air essoufflé ? C’est moi il y a 4 mois, à la découverte des dunes de sables de Tottori. Il faut dire qu’il était midi, sous un soleil battant, que nous n’avions pas encore mangé et que grimper une dune de sable et ben c’est pas si simple ! Ceux qui connaissent bien la dune du Pilat me comprendront. Mais le spectacle en vaut vraiment la chandelle. Ici, non loin du centre-ville de Tottori, le sable s’étend sur environ 2 kilomètres et atteint les 50 mètres de haut à certains endroits face à la mer. Un spectacle merveilleux rendu possible notamment grâce aux vents et aux courants de la mer qui, depuis des milliers d’années, ont œuvré à créer ces dunes de sable. Chanceux comme nous sommes, nous avions un temps magnifique qui nous a permis de prendre de belles photos et de profiter du panorama. Mais ce n’est que le début de la visite ! Car lors de ces 2 jours dans la région de Tottori, nous avons aussi visité le musée du sable, la côte Uradome et j’en passe… Un programme chargé pour une région magnifique, que je vous présente ici.

Le musée du sable

Toujours en compagnie de mes comparses des blogs Nipponrama et Marion à découvert, nous nous sommes rendus au musée du sable de Tottori. Celui-ci est situé juste à côté des dunes de sable, un emplacement idéal pour visiter les 2 spots à la fois. C’est d’ailleurs ce que je vous conseille de faire car le contenu du musée du sable est très impressionnant. Depuis plusieurs décennies et ce chaque année, une équipe d’artisans internationaux est composée et ceux-ci sont chargés de créer des sculptures de sable géantes autour d’un thème unique. En 2017, le thème était “Les Etats-Unis d’Amérique.” En atteste la photo ci-dessous. Plus d’informations sur le site du musée.

Des lapins et de l’Amour

Dernier arrêt avant d’aller manger : le Hakuto Jinja ! Un petit sanctuaire tout mignon, ça faisait longtemps ! Situé sur le littoral de Tottori juste en face du petit îlot de Okinoshima, ce sanctuaire n’est pas comme les autres puisqu’il encense l’Amour ! Et qu’est-ce qui représente l’Amour dans cette partie du Japon ? Les lapins, évidemment ! Oui enfin bon tout n’est pas aussi simple que ça et est avant-tout lié à l’Histoire du sanctuaire. Je m’en vais donc vous la conter.

Hakuto Jinja, Tottori

Une publication partagée par maxim × film photography (@journaldetreve) le

Il était une fois un petit lapin blanc qui vivait heureux dans la province de Tottori et mangeait pleins de bambous. Malheureusement un jour, une tempête éclata et tous les bambous furent emportés. Se laissant mourir de faim, le lapin se laissa également dériver par le courant et atterri sur l’île d’Okinoshima (celle qu’on voit dans l’image-titre de l’article). Après quelques années sur l’île, il souhaita retourner sur le rivage mais cela était malheureusement impossible car il ne ne savait pas nager (ben oui, c’est un lapin). Il proposa donc aux requins du coin de les compter, pour leur prouver à quel point il y avait plus de lapins sur Terre que de requins. Ceux-ci se mirent alors en rang et laissèrent le lapin sauter sur chacun d’eux pour les compter. Le filou s’en servit en fait pour rejoindre le rivage. Une fois la supercherie démasquée, l’un des requin lui balança une grosse morsure qui lui fit perdre une belle partie de son pelage et le lapin se retrouva donc gisant sur le rivage. On dit alors qu’un moine vint l’aider à guérir et à retrouver son pelage, et qu’en retour celui-ci fut bénit du lapin qui lui présagea l’Amour d’une princesse. C’est pour cette légende que viennent chaque jour prier les amoureux au Hakuto Jinja.

L’Histoire c’est bien sympa, mais nous ce qu’on préfère, c’est les gâteaux ! Et je peux vous dire que les petits gâteaux en forme de lapins que vous trouverez partout à Tottori sont parmi les meilleurs que j’ai goûté au Japon ! A goûter à tout prix ! Décidément, il en aura fait des heureux ce lapin.

Une cuisine de la mer

Vous prendrez bien une petite pause dans la lecture de l’article ? En tout cas, nous on a apprécié la nôtre ! Avant d’aller découvrir les beautés de la côte Uradome, direction le restaurant. On a faim ! Et ça tombe bien, parce qu’on va se régaler. Au menu, les spécialités japonaises typiques du littoral avec notamment poisson et fruits de mer : des sashimis frais, des Tempura de crevette et de légume, mais aussi et surtout : des fruits de mer au pot-au-feu ! Un vrai régal que nous avons apprécié tout simplement dans le restaurant de l’embarcadère pour la croisière qui nous attendait quelques minutes plus tard. C’est sans-doute ça qui est génial au Japon, c’est qu’on mange bien un peu partout !

Une croisière près de la côte Uradome

Allez hop ! Tous en bateau ! Après avoir bien mangé, quoi de mieux qu’une petite balade digestive en bateau ? Pour l’instant, je n’ai pas trouvé ! Le ciel est d’un bleu resplendissant et nous promet une très belle croisière ! Nous embarquons pour 1 heure dans un petit bateau touristique et là, c’est le début des merveilles.

Comme en témoignent les photos, le spectacle est vraiment très sympa. Cette côte m’en rappelle personnellement un autre que j’avais également découvert en croisière dans la région de Kumano, au sud de Honshu. La mer bleue, des îlots et des falaises de roche à perte de vue. On nous apprendra plus tard que cette région est classée comme parc naturel pour la beauté de la côte et les richesses naturelles du sol. En attendant, de notre côté on se détend, on prend des photos, on respire et on lance des chips aux mouettes qui s’avèrent être très douées pour les rattraper ! Comptez environ 2000 yen (15€) pour une traversée d’une heure en bateau avec quelques explications en anglais.

Nous avons ensuite enchaîné avec une visite de musée consacrée au Géoparc San’In. On nous a montré là des images, des croquis, des graphiques sur les formations rocheuses de la région, sur sa faune et sa flore et sur sa nomination en parc naturel. Ne sachant comment présenter cette visite dans cet article sans faire un cours de Biologie, j’ai préféré ne pas m’attarder dessus et vous laisser le lien du musée au cas où vous souhaiteriez y jeter un œil.

Soirée au centre-ville de Tottori

Après une grosse journée à découvrir les beautés du coin, à nous la découverte du centre-ville de Tottori ! Ça, c’est ce qu’on s’est dit en arrivant. Pourtant, force est de constater qu’on était assez loin de la réalité et qu’on a vite déchanté en arrivant ? Pourquoi ? Parce qu’on a trouvé le centre-ville de Tottori sans grand intérêt. Un centre-ville japonais lambda, sans grand-chose à faire à part se balader dans les rues à la recherche d’un bar. Bars qui, ce jour-là, étaient tous fermés. Nous nous sommes donc dirigé vers la gare pour goûter pleins de gâteaux dans les boutiques avant qu’elles ne ferment et ensuite vers le Don Quijote pour acheter pleins de Kit Kat japonais à tous les goûts.

Une soirée très tranquille finalement, mais après les très belles découvertes de la magnifique côte Uradome, du sable, des dunes, du sable, du Hakuto Jinja et… du sable. Merci à Japan Tourism de nous avoir fait découvrir cette belle région qu’est Tottori.

 

Japan endless discovery tourisme

 


Alex

Salut, moi c'est Alex de Nihonkara. Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *