Rentrer de voyage : le blues du retour

rentrer-de-voyage-le-blues-du-retour

“Alors le retour, pas trop dur?” Vaste sujet, difficile à attaquer car on préfère éviter d’y penser mais il faut bien l’admettre : le retour d’un long voyage ou d’une expatriation est difficile. Si vous êtes ici, c’est peut-être parce que vous venez de rentrer et que vous vous sentez un peu perdu, voire en pleine déprime. Mais pas d’inquiétude, comme le disait De Gaulle: “Je vous ai compris”, et nous allons voir ensemble que tout cela n’est qu’un nouveau départ.

Rentrer de voyage, la déprime

Ça y est, vous êtes rentré. Il n’y a pas encore si longtemps vous étiez au bout du monde, en Working-holiday au Japon ou ailleurs. Vous viviez une vie à 100 à l’heure, toujours à droite et à gauche entre visites, travail et soirées, et là d’un coup plus rien. Vous êtes de retour chez vous, enfin chez papa-maman car vous n’avez plus d’appartement, et rien, absolument rien n’a changé. Bienvenue chez vous, bienvenue dans la réalité. Quand vous y repensez, vous avez parfois l’impression que ce long voyage était une sorte de bulle, de rêve, un beau rêve que vous avez vécu et qui aujourd’hui paraît presque irréel.

Les premiers jours au bercail sont pourtant très sympathiques. Vous êtes de retour! Votre famille et vos amis ont hâte de vous revoir, de vous serrer dans leur bras et que vous leur racontiez toutes vos aventures! Vous passez donc quelques jours géniaux, allant de soirées en soirées retrouver vos proches et vous êtes parfois accueilli tel un héros revenant victorieux d’un long périple. Oui mais tout cela ne dure qu’un temps. Très vite, vous avez revu tout le monde et vos histoires de voyages n’intéressent déjà plus tellement. Autour de vous les conversations redeviennent celles d’avant votre retour, celles de la vraie vie, du métro boulot dodo, et vous n’y trouvez pas votre place.

Le vide

retour-de-voyage-deprimeDîtes bonjour à votre compagnon des prochains mois: le vide. Et oui, la fête est finie. Après ces quelques jours accueilli en héros, vous voilà de retour dans votre chambre avec comme objectif de… de quoi au fait? Vous n’en savez rien et c’est bien ça le problème! Vous embarquez donc pour une longue période de vide, où vous passez votre temps à réfléchir à votre avenir, à vous poser des questions, ou justement à éviter d’y réfléchir au maximum! Il y a donc de grande chances que vos journée ressemblent à celles-ci: Lever à 11h, glande sur internet, playstation, glande sur internet, footing si vous arrivez à vous motiver, glande sur internet et coucher à 3h du matin. Bienvenue dans le cercle vicieux du retour au bercail pro-passif.

Avant de partir pour ce long voyage, vous vous étiez pourtant dit que vous prendriez le temps de réfléchir à votre avenir durant cette année à l’étranger. Vous êtes peut-être de nature optimiste et vous étiez donc dit que ce voyage et la vie vous ouvriraient naturellement de nouvelles opportunités. Oui mais voilà, cela n’a pas été le cas. Vous vous dîtes donc aujourd’hui que peut-être vous n’avez pas passé assez de temps à préparer l’avenir car vous étiez trop pris par l’aventure. Peut-être auriez-vous du préparer davantage votre futur. C’est vrai, vous étiez bien trop occupés à voyager sac sur le dos, à ramasser des fruits dans des fermes, à explorer les villes et les montagnes, à rencontrer des personnes fabuleuses, et j’en passe. Vous auriez pu planifier votre avenir et vous ne l’avez pas fait, et alors? Vous étiez à l’autre bout du monde et tentiez de profiter de votre voyage à 100%, donc ne vous en voulez pas, n’ayez pas de regrets. Vous avez eu entièrement raison de profiter de cette expérience à fond!

Aujourd’hui de retour, pleins d’idées vous passent par la tête, mais aucune d’elle ne surpasse véritablement les autres et vous ne vous engagez donc dans aucune direction et faîtes du sur-place. “Et du coup tu vas chercher du boulot?” En voilà une question récurrente parmi tant d’autres, ils ne peuvent pas se la fermer!? Vous aurez certainement des moments d’impulsivité dus à votre inaction et à vos doutes constants, mais n’en voulez pas à vos proches, ils ne vous veulent que du bien.

Une seule envie: repartir

Parmi toutes les idées qui se bousculent dans votre tête, l’une d’entre elle est certainement plus féroce que les autres : celle de repartir.  Vous voulez revivre cette aventure que vous avez vécue encore et encore et en vivre de nouvelles. Personnellement, c’est avec émoi que je me remémorais ma toute première semaine à Tokyo. Difficile de tourner la page des meilleurs moments de sa vie. Cette envie de repartir est aussi une fuite. Partir loin de cette chambre où vous restez enfermés toute la journée depuis des semaines. Partir pour éviter de se poser toutes ces questions sur l’avenir! Choisir de profiter de la vie en voyageant et en rencontrant des gens plutôt que de revenir à un métro-boulot-dodo. Bref, prolonger le rêve. Alors vous passez votre temps à mater les mêmes vidéos de voyages en boucle, ce qui accroît encore votre envie de repartir. Pour moi c’était celle-ci :

Une nouvelle vision de la vie

Pour beaucoup, le choc d’un retour à la vie active française est brutal. Vous observez vos amis, vos connaissances vivre leur vie “planplan”, celle que vous aviez avant, qui ne vous convenait déjà qu’à moitié et qui aujourd’hui vous angoisse. Passer 5 jours par semaine enfermé dans un bureau et boire 2 bières le Week-end, est-ce que c’est ça vivre heureux? Est-ce que c’est ça vivre? Suis-je condamné à faire de même pour me réinsérer dans la société ou pour tout simplement prétendre à un avenir? Certaines remarques de vos proches peuvent également venir enfoncer le clou qui a déjà du mal à passer : ” Quoi, tu veux repartir? Mais tu vas faire quoi? A un moment donné il faudrait te poser”. Me poser, mais pourquoi? Est-ce vraiment obligé? Vous le sentez vous aussi ce décalage? Comme une incompréhension du choix de vie de M et Mme tout le monde, comme une sensation de ne pas pouvoir être heureux dans une vie rangée après avoir vécu tant de choses.

Du temps pour accepter la situation

Oui de temps, car c’est bien ça qu’il vous faudra. Tout comme pour un deuil, vous aurez besoin d’arrêter de vous focaliser sur le passé, de passer à autre chose. Cela peut paraître difficile si vous venez juste de rentrer et que votre tête est encore à l’étranger, mais ne vous en faîtes pas, un jour, vous aurez un déclic. Un jour, vous arrêterez de vous lever en pensant à votre voyage passé. Un jour, et plus tôt que vous ne le pensez, vous recommencerez à vous intéresser à d’autres choses, parfois de petites choses du quotidien. C’est véritablement là que tout se joue : arrêter de se renfermer sur le passé et s’ouvrir aux nouvelles opportunités. Certes, vous n’êtes plus au bout du monde, mais il existe quand-même pleins de choses super cool à faire ou à voir autour de vous! Peut-être que cela vous parait impossible pour le moment, mais prenez votre temps et continuez à vous poser des questions sur votre avenir. Un jour toutes ces interrogations prendront petit-à-petit sens dans votre esprit, et vous commencerez à repartir sur un bon pied. Ce jour là, vous aurez accepté que le voyage est terminé.

Un nouvel objectif pour une nouvelle vie

Ça y est, c’est fini. Le voyage est terminé. Mais ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose finalement. Cela vous laisse libre de pleins de nouvelles opportunités! Et progressivement, sans forcément vous en rendre compte, vous allez repartir dans une nouvelle dynamique. Vous commencerez à vous lever le matin avec de nouveaux objectifs, et tout simplement des choses à faire. Toutes ces idées qui vous paraissaient brouillons il y a seulement quelques semaines vont vous paraître de plus en plus claires.  Parce que dans la vie, tout n’est qu’une question de vision. Et petit-à-petit, ce sont véritablement ces nouveaux objectifs qui vont vous booster et vous faire avancer avec entrain comme avant! Quels sont vos nouveaux projets? Il y a de fortes chances que ce soit un autre voyage ou alors une expatriation. Mais pas que! Il est aussi tout à fait possible de rester chez soi tout en changeant radicalement de vie. Certains arriveront même à reprendre leur vie d’avant sans grande difficulté, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde.

En ce qui me concerne, je suis également passé par les différentes phases de ce retour difficile. Après 1 an passé au Japon, à l’autre bout du monde, je suis rentré avec une perte totale de repères. Je ne me sentais plus vraiment chez moi, j’étais rempli de doutes et d’incertitudes pour l’avenir et j’ai donc eu un rythme de vie morose et totalement décalé durant quelques mois. J’ai suivi exactement le même parcours que celui décrit dans l’article, et c’est ainsi que progressivement, j’ai repris ma vie en main. Il a fallu faire le deuil de cette année extraordinaire et me focaliser sur de nouveaux objectifs.  Quels sont-ils pour moi? Développer mon blog le plus professionnellement possible pour le voir grandir et devenir un blog de référence dans le domaine, ainsi qu’apprendre le japonais pour pouvoir repartir au Japon. Cela peut paraître banal mais c’est grâce à ces objectifs qu’aujourd’hui je me lève motivé chaque matin en pensant à l’avenir. Un si long cheminement pour ça, me direz-vous? Peut-être, mais il était nécessaire.

À vous

la-deprime-du-retour-de-voyageVous qui lisez cet article et qui êtes en plein blues du retour : tout ça va simplement disparaître tout seul. Saisissez toutes les petites opportunités du doigt, et vous repartirez vite de plus belle.

Vous qui lisez cet article et qui ne comprenez pas l’ampleur d’un tel blues du retour : osez un jour partir seul au bout du monde, briser votre quotidien, votre confort et vos repères, vous reviendrez changés.

Véritable passionné du Japon, je reviens d’une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n’hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

Véritable passionné du Japon, je reviens d'une année complète passée à visiter le pays de long en large. En espérant que le contenu de mon site vous plaira, n'hésitez-pas à me contacter pour tout projet intéressant!

5 Comments

  1. Nous partons dans 8 mois avec une amie, nous en parlons tous les jours, de notre périple, de ce qu\’on va faire, des imprévus… Et en lisant cet article, je me retrouve TELLEMENT dans ce que vous dites. J\’appréhende déjà le retour, presque deux ans en avance :\'(

    Par ailleurs, je suis tombée sur votre blog cette nuit même, et j\’enchaîne la lecture de vos articles ! Super intéressants, bien construits et qui touchent des choses du quotidien. Continuez à nous en dire plus !

    1. Salut Céline!

      Merci beaucoup pour ton commentaire, c’est pour ce genre de retours que je continue à bloguer 🙂
      Ne te pose pas trop de questions et profites à fond, tu verras tout ça après 😉 Voyager dans l’inconnu ce n’est que du bonheur!
      Si tu fais un blog de ton voyage, n’hésite pas à m’envoyer l’adresse!

      A bientôt!

  2. Salut Alex !
    Je me reconnais absolument dans ce que tu as écris. Aujourd\’hui cela fait un peu plus de 5 mois que je suis rentré et je ne m\’en remets toujours pas (la manière de vivre, les gens…). Certes, revoir ma famille, ma copine et mes amis ça fait du bien. Mais je ne suis plus pareil, je ne suis plus (d\’ailleurs l\’ai-je déjà été ?!) dans le moule. Et il n\’y a pas un jour où je me dis pas que je repartirai !
    Mon expérience a été écourtée car je ne trouvais pas de boulot alors je pense qu\’au fond de moi je le vis un peu comme un échec quelque part. Mais à part ça je me sentais tellement bien…
    Donc j\’ai cherché du boulot dans ma branche à mon retour, avec comme critère qu\’il y ait une filiale au Canada et j\’ai réussi à l\’intégrer !
    Mon objectif maintenant est de négocier avec ma boite le moment venu…(période d\’essai oblige et faire les preuves) pour repartir tout en étant plus serein et enfin être heureux comme je l\’étais et comme je mérite de l\’être là où je le souhaite.

    C\’est dur de pouvoir être compris quand on part seul en expérience à l\’étranger comme ça, alors bravo pour l\’initiative 🙂

    A bientôt !

    1. Salut Morgan!
      OOOOOh comme je te comprends! Je vois que tu repars sur de nouveaux chemins, c’est la clé de la réussite! Je pense que les gens qui ne sont jamais partis ne peuvent véritablement pas comprendre ce qui se passe dans notre tête à notre retour. Merci de ton commentaire en tout cas, et bon courage. J’espère que tu as apprécié ta visite sur mon Blog 😉

Laisser un commentaire